De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom ?

9052016

01.png

Par : Mohamed Louizi

Vous pouvez télécharger en trois parties (sous format PDF) la présente enquête ici :

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 1 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 2 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 3 sur 3

Ils l’ont fait, au sein du Sénat, en octobre 2013. Leur passage dans ce lieu symbolique de la République a été immortalisé, entre autres, par une « quenelle », en bonne et due forme, visiblement à l’honneur de Dieudonné M’bala M’bala. Cette quenelle au Sénat, était-ce un sacre de l’insolence ? Everest de l’insouciance ? Ou au contraire, un bras de déshonneur lancé à la face d’une République qui se rétrécit jour après l’autre ? Lorsque l’on sait que cette institution majeure de l’Etat, chambre haute du parlement, symbole du pouvoir législatif, et dont le président pourrait assurer, selon les articles de la Constitution en vigueur, la présidence de la République par intérim, cette quenelle prend le sens au moins d’une « profanation » préméditée de ce haut lieu de la République !

Cette photo a défrayé la chronique, timidement somme toute, dans le territoire du denaisis lors des élections municipales de 2014. Une liste de l’opposition l’a utilisé contre la liste de la majorité. Le temps d’une campagne électorale. Mais seulement le temps d’une compagne électorale. Et puis, c’était tout. Du côté de la rue de Solferino, aucune sanction à ma connaissance. Car au moins trois personnes qui y figurent étaient candidates du parti socialiste et Divers Gauche à Denain, Escaudain et Haveluy pour devenir Lire la suite… »




Le juste « prix » de la « terre promise » : Réflexion autour de la circoncision

3072009

« N’est-il pas étrange de nous voir défendre plus farouchement nos erreurs que nos valeurs ? »

Gibran Khalil Gibran – Le sable et l’écume

circoncisiongypte.jpg

Par Mohamed LOUIZI

Au commencement était la liberté …

Certains choix difficiles que l’on opère, à des moments précis de notre vie, impliquent tout naturellement, directement ou indirectement, l’avènement en avalanche d’autres choix coûteux, capitaux et déterminants pour notre devenir.   

Depuis quelques années maintenant, le choix du questionnement systématique, permanent et inaltérable, m’accompagne. Je m’en félicite par ailleurs pour cette chance qui m’est offerte à un moment précis de mon existence, lorsque que bien d’autres, une majorité sans doute, refusent de prendre ce risque et préfèrent se soumettre volontairement à des réponses toutes faites, consomment des fatwas à la demande et se passionnent, naïvement, devant un prêt-à-pratiquer pseudo-religieux infantilisant.

Ce choix de vie, en dehors des effets secondaires indésirables  qu’il a pu engendrer depuis, m’a permis, malgré tout, de reconquérir cette liberté de pensée concédée au fil des années précédentes, et d’être simplement moi-même, face à l’absurdité de certains dires et à l’intolérance de certains actes.    

La vie ainsi menée se refuse alors à la routine et à la désespérance. Pas un jour ne se lève sans son lot d’interrogations restées sans réponses. L’espace de l’Inconnu s’accroît sans fin, et certaines affirmations, religieuses particulièrement, qui paraissaient hier vraies et immuables, se montrent aujourd’hui, sous les projecteurs d’un raisonnement critique assumé, moins évidentes.

Combien de questions refusons-nous de nous poser car paraissant douloureuses ? Combien de sujets tabous n’osons-nous pas briser et approcher par manque de courage intellectuel, et par crainte du blâme ou de la réprobation ? Combien de compromis maladroits avons-nous conclu, au mépris de nos convictions les plus intimes, sous l’effet de la peur de ce « Que dira-t-on » communautaire terrifiant ?

Une des questions qui me tourmente l’esprit depuis quelques temps, est cette tradition que l’on insiste à perpétuer à coup de « paires de ciseaux » et de « couteaux » bien aiguisés, assez souvent sans en connaître l’origine et dont le sens religieux exact –  s’il y en a un –  nous échappe complètement : Il s’agit, vous l’avez compris, de la fameuse circoncision !

Circoncision : sixième pilier de l’islam ?

Cette question, qui au départ, me paraissait secondaire et subsidiaire face à d’autres questions, tenues pour prioritaires, remonte aujourd’hui à la surface de mes préoccupations religieuses et intellectuelles. Elle représente à mon sens, et de manière très profonde, l’occasion rêvée me permettant de cerner, relativement, le sens que l’on donne, au sein d’une religion ou d’une communauté de foi ou d’un système de valeurs quelconque, à l’être humain, à son intégrité physique et à sa dignité de manière générale.

Lire la suite… »




Rage de consommer : des (vaccins) pour se guérir

8042008

dcroissance.bmp

Extrait du Livre : « Mollahs de la consommation »

Par Mohamed LOUIZI

Lire : Un premier « vaccin » !

 

Le Livre « J’achète ! » propose des remèdes pour combattre la rage de consommer. Commençant d’abord par un test diagnostique (1), une façon pas vraiment scientifique, mais utile, composé de 50 questions différentes. Le barème de notation donne à chacun l’antidote convenable et la méthode de libération de soi, la plus adaptée. On peut avoir de 0 à 25 points, dans ce cas, on ne présente aucun signe grave de rage de consommer, le livre conseille de continuer de lire pour rester en bonne santé. Mais on peut avoir de 76 à 100 points, et dans ce cas de figure, on est enragé de consommation, on est peut être contagieux, on n’a pas de temps à perdre, il faut prendre dans l’extrême urgence des mesures appropriées. Ensuite, le livre nous parle des solutions à adopter à titre personnel, d’autres à caractère collectif et des résolutions à connotations politiques et économiques.

 

La simplicité volontaire

 

Au Canada, aux Etats-Unis et en Europe, des collectifs se sont mis en place pour prôner « la simplicité volontaire » (2) qui consiste à adopter un mode de vie moins dépendant de l’argent et qui vise à satisfaire ses vrais besoins.

 

La simplicité volontaire est définie comme étant une façon de chercher la simplification pour améliorer sa qualité de vie. Cette philosophie de vie est née de la constatation que la consommation n’apporte pas le bonheur (3).

 

Dans la société de consommation, on consacre son temps à gagner toujours plus d’argent pour satisfaire des besoins matériels. Le principe de la simplicité volontaire est de moins consommer, donc d’avoir moins besoin d’argent et moins besoin de travailler. En vivant en dessous de ses moyens, on gagne alors du temps pour ce qui est important pour soi. Elle n’est pas la pauvreté ni le sacrifice. C’est un choix de vie délibéré. Elle peut représenter une aide pour des personnes ayant des difficultés financières. Elle contribue, dans le sens où elle limite la consommation de biens matériels, à ralentir la destruction des ressources naturelles. Elle commence par remettre en cause les habitudes prises parfois sous l’influence de la publicité et de la télévision. A-t-on vraiment besoin de 20 détergents différents, un pour chaque type de surface ? A-t-on besoin de 10 crèmes de beautés différentes, une pour chaque partie du corps ? A-t-on besoin du dernier lecteur DVD sorti sur le marché ?

 

La simplicité volontaire est une démarche propre à chacun qui commence par la définition de ses vrais besoins et envies. Son but est aussi d’alléger sa vie de tout ce qui l’encombre et de privilégier « l’être » plutôt que « l’avoir ». Elle valorise les relations humaines et la solidarité. Elle lutte pour le désencombrement de la vie. Par exemple, On ne garde que les papiers vraiment importants et les livres qu’on adore. On a alors besoin de moins de meubles de rangement, de moins d’espace, et donc de moins de produits d’entretien. Le service public est utile quand on veut se simplifier la vie. Le recours aux transports collectifs, aux piscines ou bibliothèques publiques évite des achats, par exemple l’achat d’une voiture. Elle implique souvent de chercher l’autosuffisance, c’est-à-dire faire soi-même au lieu d’acheter.

 

L’idée est aussi de privilégier la valeur d’usage : « avoir » pour « avoir » n’a aucun intérêt. Que l’on ne possède que des choses qu’on utilise vraiment. Un livre qu’on n’a pas relu depuis dix ans, c’est un livre qui aurait plutôt sa place dans une bibliothèque municipale. Un vêtement qu’on n’a pas porté depuis un an pourrait être déposé dans une association caritative. On va rapidement se rendre compte qu’en fait on n’a pas besoin de grand chose, pour vivre en bonheur !

 

A Ithaca, Paul GLOVER entérine le Dollar !

 

Une expérience formidable a vu le jour à Ithaca, ville américaine de l’Etat de New York, début des années 1990. Lorsque Paul GLOVER, journaliste, économiste et ancien publicitaire, a décidé de créer une monnaie locale remplaçant le Dollar dans sa ville de 70 000 habitants. (4)

 

Glover se mis en 1991 à observer les mouvements de l’argent dans sa ville. Ce qu’il voit, a les banalités de base de tous les systèmes ultra capitalistes, de puissantes compagnies, des multinationales, des hypermarchés et de grandes chaînes nationales de magasins qui s’installent à Ithaca pour aspirer l’argent local, et pour pousser les ménages à consommer davantage à travers le matraquage publicitaire, même en se surendettant, avant de réinvestir les bénéfices en dollar ailleurs. La ville d’Ithaca et ses citoyens se voient dépourvus des services de leurs dollars gagnés après tant d’heures de travail.

 

Glover décida alors à résoudre ce problème ainsi que surmonter tous les défis sociaux, économiques et environnementaux qu’il engendre. Un bon jour, la solution commença à se dessiner. Il s’agit de mettre en place un système d’échange local (SEL), des biens et des services qui va désamorcer cette pompe à finance et qui va procéder à son remplacement par un système d’échange en circuit fermé. Que L’argent tourne et circule mais sur place, entre les citoyens d’Ithaca et uniquement sur le plan local.

 

C’est alors que lui vint l’idée de créer Ithaca hour ou l’heure d’Ithaca. Une unité monétaire que l’on ne pourrait gagner et dépenser que dans la Communauté. En vendant ou en achetant des services et des biens produits localement. Et Glover se mis à battre cette monnaie alternative. Ensuite, il a tenté de convaincre les 70000 habitants de la ville sur le bien fondé de celle-ci et qu’elle représente une réelle solution, efficace et performante. Au début, l’affaire ne tournait que sur une centaine de commerces, aujourd’hui, ce sont 1 450 boutiques et entreprises qui acceptant cette devise locale, et une revue publiée tous les deux mois la liste des participants.

 

Le billet de base, l’Ithaca hour, vaut environ 10 dollars, ce qui représente en gros le salaire moyen horaire payé dans cette ville. « Prenons maintenant un fermier qui vend pour 20 dollars de fromage. À la place de se faire payer par le dollar, il reçoit donc deux heures de travail gratuit. Avec ce petit capital, il achète par exemple les services d’un menuisier, qui lui même fait appel au savoir-faire d’un mécanicien, lequel utilise ces heures pour payer son chiropracteur, qui lui se sert de ces billets pour s’offrir quatre places de cinéma, et ainsi de suite. C’est un système sans fin qui grandit de lui-même, une économie écologique, en vase clos, qui s’écarte du dollar et où le temps de travail réel remplace les liquidité abstraites », explique Paul Glover.

 

Joëlle Delvaux, dans un article publié sur le site Internet : silesfemmescomptaient.com, raconte que les citoyens de la ville d’Ithaca sont très satisfait du résultat des échanges permis par la monnaie locale. « Les Ithaca hours sont la meilleure chose qui soit arrivée dans notre cité depuis l’invention du pain en tranche », lançait récemment Michael, graphiste, à Jean-Paul Dubois, journaliste au Nouvel Observateur, parti en reportage à Ithaca. « Cela reflète notre philosophie, stimule notre agriculture, notre artisanat, et responsabilise nos vies », ajoutait Joe, marchand de disques. D’autres encore témoignaient de leur enthousiasme, évoquant les multiples aspects positifs des Ithaca hours: « Grâce à cette monnaie locale, notre argent reste ici et nous nous entraidons, plutôt que d’enrichir des multinationales », disait Danny, électricien. « Cette organisation parallèle crée un lien de solidarité et donne notamment la possibilité à des chômeurs de trouver un emploi », ajoutait Dave, professeur d’économie. « Cette forme de troc nous permet, à ma femme et à moi de manger plus souvent au restaurant », renchérissait Charlie, fabricant de tambours. Quant à Bill et Cris, marchands de légumes, ils expliquaient ravis: « Grâce à cet argent local, davantage de gens achètent des produits du terroir. Cela a fait augmenter nos ventes et nous nous offrons désormais des petits luxes que nous n’aurions jamais pu nous payer en dollars ».

 

Ithaca hour a rendu la valeur à « l’être » et à son savoir faire et non pas à son « avoir » ou à ce qu’il possède. Elle a réduit les écarts sociaux, elle a diminué le taux de chômage, elle a encouragé l’artisanat et la production locale, elle participe aussi à la protection de la nature et permet une répartition équitable des richesses communautaires.

 

Dans ce système tout le monde trouve sa place, même les plus démunies et les nécessiteux provisoires. Les prêts sont contractés sans intérêts, par exemple, pour un prêt équivalent de 1000 $, l’emprunteur s’engage à rendre 100 heures de travail au service de la communauté.

 

Ithaca est certainement un « cas » particulier, mais il n’est plus isolé. Ce système de monnaie locale connaît une présence dans d’autres villes des Etats-Unis, au Canada et au Mexique. La chaîne TV5 Monde a diffusé, courant août 2006, un reportage sur les monnaies locales et les systèmes d’échanges locaux, parlant de plus de 3000 monnaies locales à travers le monde, dont 180 seulement dans l’archipel japonais.

 

Simplicité volontaire … partout ailleurs

 

Le réseau de la simplicité volontaire tisse sa toile à l’échelle planétaire en Belgique, en Espagne et même ailleurs. En France des structures associatives oeuvrent pour minimiser la dépendance à l’argent, pour combattre la surconsommation et ses dégâts collatéraux et pour consolider les liens sociales de solidarité.

 

Paris connaît, presque tout les deux mois, l’organisation d’une activité dite « Le Grand Don », sur le Pont Marie. Des donneurs, avertis à l’avance, réunissent des objets qu’ils souhaitent offrir (livres, disques, vêtements, bibelots, bijoux, jeux, divers…), avec pour seule condition qu’ils puissent être transportés sans encombre par des personnes circulant à pied. Ils disposent l’ensemble des dons sur le rebord du pont, sans entraver le déplacement des personnes. Chacun des donneurs aborde aimablement les passants inconnus et leur propose de prendre un des objets, et d’en devenir immédiatement et sans conditions le légitime propriétaire. « Le Grand Don » se termine quand tous les objets collectés ont été offerts. (5)

 

Des structures participent à l’éducation sur les valeurs de la solidarité communautaire et sur le développement durable comme l’association « Tout simplement ! ». Et d’autres sont conçues pour aider les victimes des systèmes financiers actuels à se relever de nouveau comme l’association des « Débiteurs anonymes » qui a été crée en 1976 aux Etats-Unis et qui a plus de 400 filiales actives à travers le monde, 10 en France.

 

Systèmes d’Echanges Locaux au nord de la France

 

Dans ma ville, Villeneuve d’Ascq au Nord de la France, j’ai fais connaissance d’une association portant le nom « L’arbre SEL », adoptant le principe de la simplicité volontaire et favorisant le Système d’Echanges Locaux (SEL). (6)

 

Les membres de l’association sont partis d’un constat réel, dans l’idéal, l’argent est un moyen de mesurer les échanges et il devrait circuler entre les gens. Mais quelques personnes physiques ou morales s’enrichissent et monopolisent l’argent en laissant la majorité dépossédée de ce moyen financier et se contentant, uniquement de rêver.

 

Le SEL est venu donc pour permettre à ses personnes d’échanger de nouveau, grâce à une mémoire d’échange, favorisant des valeurs étrangères au profit, telle que la convivialité, la solidarité et le respect d’autrui.

 

Comment cela marche au quotidien ? Et bien, l’association édite un catalogue des offres et des demandes des adhérents. Les adhérents concluent l’échange par téléphone ou lors d’une rencontre. Par Exemple, Marie demande à Pierre lors d’un marché SEL de lui donner un coup de main pour le Jardin. Ils se mettent d’accords sur les conditions de l’échange, c’est à dire 60 feuilles pour une heure de jardinage. Et c’est alors que les choses se font. L’échange est mesuré grâce aux feuilles dites « grains de SEL ». Une fois Pierre achève sa mission, Marie établit un bon d’échange de 60 feuilles ou bien l’un des deux rajoute une ligne sur sa feuille personnelle d’échange. Puis le bon ou la feuille personnelle parvient au gestionnaire des feuilles qui tient les comptes sur un cahier ou sur un ordinateur. Le compte de Marie passe par exemple de +200 feuilles à +140. Celui de Pierre de -500 à -440 feuilles. Et voilà, le solde de leur compte sera publié dans le journal du SEL, comme celui de tous les adhérents.

Notes :

1- John de Graaf, David Wann, Thomas Naylor, J’achète ! Combattre l’épidémie de surconsommation, pages 243 à 245, Les Editions FIDES, 2004

2- Consulter le site : www.simplicitévolontaire.org

3- Consulter l’encyclopédie numérique : www.ekopédia.org

4- J.P Dubois, « Le dollar est mort à Ithaca », Le Nouvel Observateur, 5/12/1996, page 94.

5- Consulter le site : http://granddon.free.fr

6- Consulter le site : http://arbresel.free.fr et le site : www.selidaire.org




La Rage de consommer

5042008

Extrait du Livre :

Mollahs de la consommation – Décembre 2006

Par Mohamed LOUIZI

ftawacrdithalal.bmp

 

 

 

En mai 2004, les auteurs John de GRAAF, David WANN et Thomas NAYLOR, ont publié un livre chez les éditions FIDES, intitulé J’achète ! Combattre l’épidémie de surconsommation(1), étudiant et analysant les comportements de la surconsommation aux Etats Unies et même ailleurs, c’est à dire là où The Américain Dream multiplie les adeptes.

 

Le livre propose une lecture assez argumentée du quotidien de la surconsommation. Il s’est appuyé sur des données statistiques silencieuses et glaciales prouvant que nous sommes tous atteint, à des degrés très rapprochés, d’un virus social appelé : la rage de consommer.

 

Ce dernier se caractérise par les traits suivants : état pénible, contagieux, socialement transmissible, surcharge, endettement, anxiété et gaspillage. Résultant de la volonté acharnée d’avoir toujours plus et qui menace sérieusement les portes feuilles, les amitiés, les familles, les communautés et l’environnement (2).

 

Le livre traite ce virus, en montrant ses symptômes, en indiquant ses causes directes et indirectes et en proposant des « vaccins » et des « antidotes » efficaces visant à une guérison permanente et à un retour à des styles de vie moins coûteux et plus humains(3).

 

Ce virus se traduit dans les apparences par la fièvre du shopping, l’épidémie des faillites, l’enflure des attentes, la congestion chronique, le stress de l’excès, les convulsions familiales, le sentiment d’inutilité, l’épuisement des ressources naturelles, la dépendance aux choses matériels, l’insatisfaction quasi permanente…etc. (4)

 

Et pour s’arrêter que sur l’élément qui nous intéresse, le livre déplore que le nombre de personnes déclarant faillites chaque année, aux Etats Unies, est beaucoup plus élevé que le nombre de diplômés universitaires. La dette des gens en faillites est équivaut à 22 mois de salaires(5), mais faut-il d’abord trouver un travail permettant et aidant au remboursement de ses dettes. La chroniqueuse Ellen Goodman, dans All Consuming Passion, résume ce cycle vicieux dont lequel s’abrite des individus et des familles, ainsi : « La norme, c’est de porter des vêtements qu’on achète pour aller travailler, de traverser des embouteillages dans une voiture qu’on est encore entrain de payer, afin d’obtenir l’emploi dont on a besoin pour pouvoir se payer les vêtements, la voiture et la maison, qu’on laisse vide toute la journée pour pouvoir se permettre d’y habiter » (6).

 

Ce style de surconsommation a rendu la vie insupportable, routinière et vide de sens. Lorsque la Mère Teresa vint aux Etats-Unis pour recevoir un diplôme honorifique, elle déclara : « C’est l’endroit le plus pauvre que j’aie jamais vu ! »(7). Robert Seiple, directeur de l’organisation caritative chrétienne « Vision Mondiale », ajoute qu’ : « Elle ne parlait pas de l’économie, des fonds communs de placement, de Wall Street, ni du pouvoir d’achat. Elle parlait de la pauvreté de l’âme » (8). Dans le même sens, Lee Atwater, stratège électoral du Parti républicain, a fait un aveu peu avant de mourir d’une tumeur cérébrale, il a dit : « Les années 1980, c’était l’acquisition : celle de la richesse, du pouvoir, du prestige. Je le sais. J’ai acquis plus de richesses, de pouvoir et de prestige que la plupart des gens. Mais on a beau acquérir tout ce qu’on veut, on finit tout de même par se sentir vide » (9).

 

La rage de consommer est aussi un problème familial. Certaines études montrent, qu’à cause de cette maladie, et en l’espace d’une génération, le temps que les parents consacrent à leurs enfants a décliné d’au moins 40%. Puisque les parents travaillent davantage, pour gagner davantage, pour acheter davantage, mais aussi pour rembourser leurs dettes. L’une de ses études a démontré que les couples américains trouvent à peine 12 minutes par jour pour se parler !

 

La rivalité avec les voisins mène plusieurs familles à l’endettement et engendre des conflits latents sur les questions d’argent qui entraînent souvent la séparation et l’éclatement de la famille. Les conseillers dans les relations familiales rapportent que les discussions sur l’argent constituent un facteur qui précipite 90% des cas de divorce engendrant des situations sociales chaotiques et très coûteuses sur tous les plans : éducatif, sécuritaire, social, économique…

 

 

Pour plus de détails sur cette maladie, une lecture de ce livre, est vivement conseillé, elle montrera d’autres facettes diaboliques de la rage de consommer touchant la totalité des gens, quelque soit leur religion, leur système de valeur, de référence, leur éducation ou leur statut socioprofessionnel.

Faillites personnelles, ici et ailleurs

 

Aujourd’hui, plusieurs études statistiques publiées parlent des menaces réelles que causent « la rage de consommer » arrosée par la pratique de l’usure dans les sociétés « occidentales ». Des articles nous interpellent sur l’explosion des faillites en Grande Bretagne, d’autres alertent sur l’état de surendettement en France ou sur les pulsions catastrophiques de surconsommation attisées par les prêts à intérêt aux Etats-Unies…etc.

 

Le Figaro a publié un article le 20 mai 2006, intitulé « Inquiétudes sur le niveau d’endettement des ménages » alertant sur le surendettement. Pour l’auteur : « La vraie raison de s’alarmer se trouve du côté du surendettement des Français. Selon la Banque de France, les crédits à l’habitat ont augmenté de 15% l’an dernier, soit un rythme double de celui des crédits à l’investissement des entreprises ». «Par rapport à leur revenu disponible, l’endettement des ménages est passé de 49% en 1995 à 57% en 2003 et 64% en 2005», s’est inquiété le gouverneur de la Banque, Christian Noyer, dans sa lettre annuelle au président de la République. «La solvabilité des Français atteint des seuils critiques», résument les économistes de la Société Générale.

 

L’émission télévisée « C dans l’air », de la chaîne publique française « France 5 », a choisit comme thème de l’une de ses débats, diffusé pour la dernière fois le vendredi 16 juin 2006, le thème « Vivre à crédit », en invitant Robert Rochefort (Sociologue et directeur du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie), Marie-jeanne Husset (Directrice de rédaction du mensuel 60 millions de consommateurs) et Elie Cohen (Economiste, directeur de recherche du Centre national de recherche scientifique au CEVIPOF). Lors de cette émission, les intervenants ont commenté et analysé, entre autres, le dernier rapport de la Banque de France, rendu publique le 23 mai 2006, annonçant que le taux d’endettement des ménages français atteint un niveau record en 2005, avec une dette qui a représenté 64 % du revenu disponible brut.

 

L’endettement s’est accéléré en 2005, en augmentant de 10,5 %, contre 9,9 % en 2004. Selon l’Observatoire de l’Endettement des Ménages (OEM), 52,6 % des ménages français étaient endettés en novembre 2005. 73 % des débiteurs surendettés le deviennent de manière passive, c’est-à-dire à la suite d’accidents de la vie. La perte de son emploi demeure le facteur dominant (31 %), suivi du divorce, de la séparation ou du décès du conjoint (17 %).

 

Cette progression est due à la poursuite de la hausse des prêts à l’habitat, les crédits à court terme ne représentant que 4,5 % de l’encours total de dettes des ménages. Le crédit fait des ravages et jamais les ménages n’ont eu de dettes aussi importantes en France. Sans compter les faillites personnelles de plus en plus nombreuses. La France demeure malgré tout beaucoup moins endettée que la plupart de ses voisins européen, et donc extrêmement moins que les ménages américains, dont le taux d’endettement est de l’ordre de 130 % de leur revenu disponible.

 

Sébastien MARTIN, du journal Le Figaro, a publié le 8 août 2006, un article intitulé « Les faillites personnelles explosent au Royaume-Uni ». Il rappelle des chiffres réels, traduisant cela. Quelque 26 000 personnes se sont déclarées en faillites personnelles au deuxième semestre soit un bond de 66 % par rapport au chiffre de la même période de l’an dernier. À ce rythme la barre de 100 000 faillites individuelles devrait être dépassée pour la première fois cette année, soit plus qu’un doublement en deux ans.

Marie Phoenix a publié un autre article, le 6 février 2006, allant dans le même sens et intitulé « Immobilier UK : nombre record des faillites personnelles » sur le site : leblogefinance.com, en se basant sur un dépêche de l’AFP, montrant que le nombre de ménages britanniques contraints de se déclarer en faillite en raison d’une dette devenue insupportable a battu un nouveau sommet en 2005, avec 67 580 foyers, selon les derniers chiffres officiels publiés. Le nombre de faillites est en hausse de 45% par rapport à 2004, traduisant une augmentation record jamais atteinte depuis 45 ans. En 2005, 10 260 ménages britanniques, incapables de rembourser leurs emprunts, ont été dépossédés de leur maison. Soit 70 % de plus qu’en 2004.

 

Dans le site Internet officiel de La Poste Suisse, un article publié le 4 août 2006, attire l’attention, par son titre d’abord « Personne n’est immunisé contre l’endettement » et par ses données relativement inquiétantes. Selon l’auteur, le nombre des faillites personnelles a atteint un nouveau record cette année, Les chiffres enregistrés par l’Association Suisse des Sociétés Fiduciaires de Recouvrement (VSI) montrent que bon nombre de citoyens suisses sont aussi endettés. Les branches des commandements de payer, des faillites et des exécutions de saisies ont enregistré des valeurs records: en 2005, les sociétés membres de la VSI ont émis environ 850 000 mandats d’encaissement et environ 1 million de mises en demeure. Le volume des créances s’élevait à 3,7 milliards de francs (1 CHF = 0,648 EURO).

 

En Belgique, et malgré la légère baisse du nombre de surendettés de 2004 à 2005, expliquée principalement par les modifications techniques légales, le chiffre reste colossal. A la fin de l’année 2005, 343 020 personnes (ou 501 102 contrats de crédit pour un montant de 1,84 milliard d’euros) en défaut de paiement pour les contrats de crédit à la consommation et d’emprunts hypothécaires, étaient répertoriées auprès de la Banque nationale de Belgique. Cela équivaut à 4,2% de la population adulte (10)

 

Le 12 avril 2006, Georges Quioc a publié un article dans Le Figaro, intitulé « Les faillites personnelles en plein boom aux Etats-Unis », qui montre que plus de deux millions d’américains se sont déclarés en faillite personnelle l’année dernière, soit 30% de plus que l’année précédente, selon les statistiques judiciaires américaines. Sur le seul dernier trimestre 2005, leur nombre a bondi de 80%.

 

Ce fléau de l’endettement et du surendettement est devenu un phénomène généralisé sur l’ensemble des ménages, suivant le style de vie matérialiste ou le Américan way of life, que ce soit dans les pays européens et américains ou même dans les pays dits « en voie de développement ».

Notes :

1- John de Graaf, David Wann, Thomas Naylor, J’achète ! Combattre l’épidémie de surconsommation, Traduction de Michel Saint-Germain, Les Editions FIDES, 2004

2- Ibid., page 22.

3- Ibid., pages 241 à 330.

4- Ibid., pages 35 à 165.

5- Ibid, page 48.

6- Ibid, page 68.

7- Ibid., page 114.

8- Ibid., page 114.

9- Ibid., page 114.

10- Source : Observatoire du Crédit et de l’Endettement (2004), Crédit et endettement des ménages. 10 ans d’Observatoire, p. 15. publié sur le site : http://www.luttepauvrete.be/chiffres_surendettement.htm

A suivre prochainement:

« Rage de Consommer: Vaccins pour se guérir !«  







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus