Tareq Oubrou, l’escobar de l’islamisme

14072019

1-Tareq-Oubrou-Appel-A-la-reconciliation

Par Mohamed Louizi

Il faut être deux pour mentir, dirait Homer Simpson, un pour mentir, l’autre pour écouter. Dans «larchipel français»[1], cette vieille démocratie usée, abusée et défigurée, il semblerait qu’il faille être trois. Certains médias se prêtent hélas à ce jeu d’intermédiaire. Acteurs ultra-puissants, censés honorer ce quatrième pouvoir démocratique indépendant au service du seul intérêt général et du droit à l’information, ils amplifient occasionnellement bien des escobarderies islamistes,  à tel point que l’on ne sait pas s’ils assurent, dans la complicité, un rôle actif de «chiens de garde»[2] de quelques intérêts privés, ou s’ils se plaisent dans un rôle passif, par paresse intellectuelle doublée d’une fascination sinistre pour les «marchands du temple» frérosalafiste. On ne sait s’ils s’arrangent avec la vérité par négligence volontaire, et à l’insu de leur plein gré, ou s’ils relayent par imprudence les mensonges de l’islamisme rompu, à dessein, à la désinformation délibérée.

Tel un sermon funèbre précédant l’inhumation de ce qui reste encore de notre République, tel l’ultime acte politique d’une islamisation en marche depuis plus de quarante ans[3], la vigoureuse promotion multiforme accordée à l’essai signé par  l’islamiste Tareq Oubrou (طارق أوبرو), Appel à la réconciliation, foi musulmane et valeurs de la République française (Plan – 2019), en est témoin. Elle  résonne comme un triste chant du cygne dans l’esprit de tout citoyen rongé par ce sentiment d’impuissance face à un État peu enclin à entendre les alertes au sujet de l’islamisme, et qui ne les entend pas du tout de cette oreille. Les «dix-huit ans de terreur»[4] que l’islamisme a imposés à la terre entière depuis le 11 septembre 2001, et les 146.000 victimes recensées, parmi desquelles des Françaises et des Français, n’y changent presque rien.

Médias de droite. Médias de gauche. Peu importe en vérité la ligne éditoriale. Tareq Oubrou, presque comme hier lors de l’ascension médiatique de son Lire la suite… »




L’islamiste Naïma Ben Yaïch, sœur de jihadistes, est invitée à Lille.

3022019

1-Fraterie-Ben-Yaich-islamisme-Tanger.png

Mohamed Louizi

Décidément, Amar Lasfar et ses Frères musulmans persistent et signent. Après leur doigt d’honneur[1]-[2] de 2016, pour ne citer que cette année-là, arboré ostensiblement face à une République tourmentée, à une paix civile fragilisée, à une laïcité plus que jamais menacée, voici désormais leur bras d’honneur. Ils comptent inviter l’influente islamiste marocaine Naïma Ben Yaïch[3] (نعيمة بن يعيش), sœur de jihadistes internationaux impliqués dans les attentats du 11 septembre 2001 à New York et Washington,  du 16 mai 2003 à Casablanca et du 11 mars 2004 à Madrid. C’est peut-être la façon qu’ont Amar Lasfar et ses Frères musulmans de célébrer, dans une semaine,  le 70ème anniversaire de la disparition d’Hassan al-Banna[4], le fondateur de cette mouvance tentaculaire, tué le 12 février 1949. «Tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée», disait Jésus. Hassan al-Banna en prenait deux !

«Musulmans de France : un destin à construire, enjeux et défis»[5] est le thème qui résonnera le dimanche 10 février 2019 dans un amphithéâtre du majestueux Lille Grand Palais[6]. Ce dernier est géré par la société anonyme d’économie mixte SAEM LGP[7] dont le Conseil d’administration est présidé par Lire la suite… »




Hakim El-Karoui et les Frères musulmans : ICI et maintenant ?

9122018

AMIF.png

Par : Mohamed LOUIZI

ICI, l’Institut des Cultures d’Islam situé rue Stephenson dans le XVIIIème arrondissement de Paris, a été inauguré par Bertrand Delanoë en 2013. A cette époque, la gestion de ce lieu de culte et de prédication a été confiée par l’ancien maire socialiste de Paris à une association culturelle loi 1901 – et pas à une association cultuelle loi 1905 – dans le cadre d’un généreux bail emphytéotique de 99 ans. Une situation jugée illégale par diverses juridictions compétentes, y compris par le Conseil d’État[1]. Mais qui a parlé de clientélisme électoraliste ? Qui a parlé de Laïcité ?

ICI est aussi cette Association loi 1901 présidée par la macroniste franco-algérienne Bariza Khiari[2]-[3] qui, après une longue expérience au sein du groupe socialiste au Sénat et  un poste de délégué national d’En Marche!, a rejoint en 2017 le groupe sénatorial de LaREM. Ses liens avec le réseau islamiste en France et à l’étranger sont désormais connus et incontestables[4].  Au site frériste SaphirNews, elle avait déclaré entre les deux tours de la Présidentielle : « Macron Président, mon dernier Lire la suite… »




Procès Abou al-Qassam : plume contre quenelle.

25112018

Taubira-Iquioussen.png

Par Mohamed Louizi.

Dans la grande Histoire du droit français, le 15 novembre correspond au jour anniversaire de la promulgation, en 1887, de la loi sur la liberté des funérailles[1]. Dans ma petite histoire personnelle, cette date correspond désormais à ce jour de l’année 2018 où une Chambre civile (et non correctionnelle) au Tribunal de Grande Instance de Lille a décidé de condamner la liberté de ma plume au nom du peuple français, donnant ainsi raison à la requête de Soufiane Iquioussen qui, encore faut-il le rappeler, avait exécuté impunément une quenelle dans les salons du Sénat pour un Trophée que la représentation nationale venait de lui décerner. J’ose écrire : au commencement était la quenelle, et la quenelle était islamiste.

Certes, entre les deux dates, je ne vois aucune coïncidence même si les signes qu’elles évoquent, dans une sorte de dissonance caractérisée, peuvent chatouiller ma conscience tranquille presque acquise à la philosophie du Langage du Monde comme le développe Paulo Coelho dans l’Alchimiste. En effet, la liberté des funérailles a trait à la mort. La liberté d’expression célèbre la vie. Quand l’une organise la fermeture définitive de l’intervalle temporel d’une existence matérielle, l’autre ouvre un horizon sempiternel, prolongeant la vie par la force des mots au-delà même de toute matérialité physique. Quand l’une réduit l’animal en nous à sa composition organique basique, à sa finitude, l’autre élève l’humain en nous vers son émancipation, vers sa plénitude. Chez les islamistes, habitués à célébrer la mort sur les Lire la suite… »




Hakim El-Karoui: to Qatar or not to Qatar?

30092018

El-Karoui-Essai-Sans-Qatar.png

——————————–

Par Mohamed Louizi

Zéro est le nombre de fois où Hakim El-Karoui cite le Qatar dans la version papier de « son » Essai, paru le 11 janvier 2018 aux éditions Gallimard : L’islam, une religion française. Hakim El-Karoui semble être le conseiller « islam » de l’Institut Montaigne et aussi l’un des proches amis influents (mais non-officiels) d’Emmanuel Macron. Inutile de chercher la trace du Qatar dans le classement qui suit, par ordre alphabétique, de ces quelques trente-huit pays cités, une ou plusieurs fois, dans cet Essai[1]. On y trouve ça et là :  l’Afghanistan, l’Algérie, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Arabie Saoudite, la Belgique, la Bosnie [Herzégovine], la Chine, la Croatie, Cuba, Daesh, l’Egypte, les Emirats [-Arabes-Unis], l’Espagne, les Etats-Unis [d’Amérique], la France, la Grande Bretagne, la Hollande, l’Inde, l’Indonésie, l’Irak, l’Iran, Israël (cité aussi sous la désignation : Etat Hébreu), la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, le Pakistan, la Palestine, les Philippines, la République Slovaque, la Russie, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, le Vatican et le Yémen … mais pas le Qatar !

Dans ce tour du monde en 304 pages, sont cités vingt-et-un pays où l’islam(s) est la religion majoritaire. Parmi lesquels, se trouvent quatorze pays arabo-berbères, incluant la Tunisie dont est originaire le géographe Hakim El-Karoui.  Pas une seule phrase, pas une note de bas de page, ne laissent apparaître expressément le nom du Qatar. Walou ! diraient les Marocains. C’est comme si l’on traitait la question des cartels de la drogue et que l’on mettait en sourdine l’implication de pays comme le Mexique, la Colombie ou l’Afghanistan. Comme si l’on parlait  de la mafia italienne sans évoquer les réseaux de la mythique Camorra napolitaine. Cela manquerait de sérieux. Ainsi, le silence d’Hakim El-Karoui autour du Qatar est Lire la suite… »




Ceci n’est pas une révélation : «L’islam français» d’Hakim El-Karoui est «En Marche» dans les coulisses du pouvoir.

14072018

 Hakim-El-Karoui-Djeddah-02-05-2018.png

Par Mohamed Louizi

A l’automne, on saura à quel point l’Institut Montaigne a pu influencer (ou pas) le plan de l’Élysée concernant le dossier « islam ». En attendant, le banquier franco-tunisien Hakim El-Karoui, l’ami du président, s’agite en France et à l’Étranger, y compris en Arabie Saoudite (!) — lire « Boîte noire » ci-dessous — pour orienter cette marche « inclusive », fidèle à une logique jupitérienne, connue désormais sous le slogan de : « et en même temps ». Au sens qu’elle inclut ce qui doit être exclu par la force des choses. Ou comment l’islamisme comme problème et perçu aussi comme solution. Ou comment vouloir combattre le discours islamiste en proposant pas moins que de nommer un « grand imam de France » issu, corps et âme, loi et foi, de l’islamisme et de son réseau.

Difficile pour un cerveau reptilien, le mien par exemple, de comprendre cette supposée « complexité » qui, sans rougir, dit la chose et son contraire et voudrait faire cohabiter au sein d’une même organisation imposée d’en haut, le chat et la souris, le feu et Lire la suite… »




Antisémitisme : voilà pourquoi je n’ai pas signé la tribune de Philippe Val.

28042018

manifeste-antisémitisme

Par : Mohamed Louizi

«Serait-ce trop demander que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les absurdités de la Bible et le dogme catholique antisémite aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime?». C’est bien ce passage, en particulier, figurant noir sur blanc sur la version tapuscrit du «Manifeste «contre le nouvel antisémitisme»»[1], que publie aujourd’hui Le Parisien, qui m’a convaincu de proposer sa reformulation dans le sens d’un appel à une réforme du rapport au Texte …

En effet, le 11 avril, on a sollicité mon «accord de principe» pour joindre mon nom à cette tribune, tout en précisant que ma signature ne sera considérée définitive qu’après validation de son texte que j’ai reçu le 13 avril. En retour, j’ai précisé que bien que je souscrive globalement aux termes de cette tribune, le passage précité me paraît problématique et polémique voire contre productif. J’ai donc proposé sa reformulation. Car, présenter la chose de cette façon, reviendrait, de mon humble point de vue, à valider le souhait des islamistes qui Lire la suite… »




Amar Lasfar: «C’est comme si toutes les femmes sont [étaient] lapidables»!

1042018
Image de prévisualisation YouTube

Par : Mohamed Louizi

 Ceci n’est pas un poisson d’avril. D’entrée de jeu, Amar Lasfar prévient son public : «En fonction de mon auditoire, j’utilise la définition que je veux [de l’islam, ndlr]»[1]. En effet, en mars 2012, ce Frère musulman, «recteur» à cette époque de la «mosquée» de Lille-Sud, président de la frérosalafiste LIN (Ligue Islamique du Nord) et président de l’association du Lycée Averroès, était invité à professer dans le cadre d’un «cycle de formation», organisé par l’institut islamiste «Institut al-Imâne», rebaptisé quelques années plus tard «Institut al-Qods»[2] (Institut Jerusalem). Amar Lasfar devait synthétiser l’histoire de «l’islam de France», devant un auditoire majoritairement composé de filles voilées que cet institut endoctrine à l’insu de leur propre gré. Cette rencontre fut immortalisée par une vidéo accessible au grand public depuis six ans sur la plateforme Youtube[3].

Alors que le guide-suprême des Frères musulmans en France est désormais rattrapé par des propos d’une dangerosité inouïe, tenus en arabe en 1994, évoquant des «pistes pour conquérir l’Occident»[4], privilégiant la piste politique mais tout en laissant entendre, clairement, que le recours à la piste Lire la suite… »




Les jalons de François Burgat sur la route des Frères.

31122017

02.pngPar : Mohamed Louizi.

 Le fichier PDF illustré de cette enquête est à télécharger ici :

fichier pdf Les_jalons_de_Francois_Burgat_sur_la_route_des_Fre`res_V2018

François Burgat est aux Frères musulmans, ce que le champion est à la stratégie Starfish[1]. Ce qu’une clef de voûte est à l’arc-croissant. Ce que la quatrième roue est à la voiture. Ce que la courgette est à la ratatouille: (presque) indispensable. Je ne connais pas un «frère» qui ait autant fait pour les Frères musulmans, à l’échelle nationale, comme à l’échelle internationale, que François Burgat. Il ne m’appartient pas d’expliquer le pourquoi du comment de son activisme pro-Frères : il peut s’en expliquer s’il le souhaite. Je me limite donc à relater des faits, à les interroger, à les interpréter de façon subjectivement objective. Cela suffirait, à mon sens, pour mesurer l’étendu de l’impact d’un «universitaire» sur le processus d’«islamisation»[2], en cours dans l’Hexagone, avec son lot de ruptures et de terreurs. Telle une caution «académique» consentante, François Burgat se plaît ostensiblement au service assurément conscient de Lire la suite… »




OMAS : vecteur d’une médecine islamiste en France ?

20122017

حجامة

Dans la nuit du 4 au 5 décembre 2017, dans le Neuf-trois, à Pavillons-sous-Bois (Seine Saint-Denis), une femme de confession musulmane, âgée de 47 ans et mère de 5 enfants, est tombée dans le coma[1]. A domicile, un homme et une femme ont exercé sur elle la fameuse «Roqia»[2] (رقية) doublée d’une «ventousothérapie» ou «Hijamah»[3] (حجامة) — deux rituels utilisés durant les séances de désenvoutement, considérés par les frérosalafistes comme faisant partie d’une prétendue «médecine prophétique» (الطب النبوي). Car le prophète, selon leur vision intégraliste de l’islam, aurait été aussi «médecin» en plus d’avoir été, à les croire, «roi», «chef des armées», et que sais-je d’autres. Ainsi, après avoir bu 20 litres d’eau bonifiée par des versets coraniques, cette mère de famille a plongé dans le coma.

Dans un article du Parisien, on apprend que «les prières ne produisant pas les effets escomptés en termes de réveil, le SAMU a fini par être appelé à la rescousse. Et c’est à l’hôpital de Montfermeil que la victime a été conduite»[4]. Un autre article du même Parisien, datant du 12 décembre, précise que la surabondance de l’eau bue a «occasionné un œdème Lire la suite… »







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus