• Accueil
  • > Recherche : mohammed louizi

Tareq Oubrou, l’escobar de l’islamisme

14072019

1-Tareq-Oubrou-Appel-A-la-reconciliation

Par Mohamed Louizi

Il faut être deux pour mentir, dirait Homer Simpson, un pour mentir, l’autre pour écouter. Dans «larchipel français»[1], cette vieille démocratie usée, abusée et défigurée, il semblerait qu’il faille être trois. Certains médias se prêtent hélas à ce jeu d’intermédiaire. Acteurs ultra-puissants, censés honorer ce quatrième pouvoir démocratique indépendant au service du seul intérêt général et du droit à l’information, ils amplifient occasionnellement bien des escobarderies islamistes,  à tel point que l’on ne sait pas s’ils assurent, dans la complicité, un rôle actif de «chiens de garde»[2] de quelques intérêts privés, ou s’ils se plaisent dans un rôle passif, par paresse intellectuelle doublée d’une fascination sinistre pour les «marchands du temple» frérosalafiste. On ne sait s’ils s’arrangent avec la vérité par négligence volontaire, et à l’insu de leur plein gré, ou s’ils relayent par imprudence les mensonges de l’islamisme rompu, à dessein, à la désinformation délibérée.

Tel un sermon funèbre précédant l’inhumation de ce qui reste encore de notre République, tel l’ultime acte politique d’une islamisation en marche depuis plus de quarante ans[3], la vigoureuse promotion multiforme accordée à l’essai signé par  l’islamiste Tareq Oubrou (طارق أوبرو), Appel à la réconciliation, foi musulmane et valeurs de la République française (Plan – 2019), en est témoin. Elle  résonne comme un triste chant du cygne dans l’esprit de tout citoyen rongé par ce sentiment d’impuissance face à un État peu enclin à entendre les alertes au sujet de l’islamisme, et qui ne les entend pas du tout de cette oreille. Les «dix-huit ans de terreur»[4] que l’islamisme a imposés à la terre entière depuis le 11 septembre 2001, et les 146.000 victimes recensées, parmi desquelles des Françaises et des Français, n’y changent presque rien.

Médias de droite. Médias de gauche. Peu importe en vérité la ligne éditoriale. Tareq Oubrou, presque comme hier lors de l’ascension médiatique de son Lire la suite… »




Acte VI : Percer les secrets de fabrication de l’autorité des textes *

11052019

20170907_112935

Par : Mohamed Louizi

Vulgate d’Abou Bakr

La tradition canonique attribue le rassemblement du Livre Saint au troisième calife Othmân. Elle justifie cette décision (politique) par la disparition d’un grand nombre de Qurrâ’a (قرَاء) récitateurs lors de la Bataille d’al-Yamâma, survenue en l’an 1 du califat d’Abou Bakr, correspondant à l’année 633. On raconte que c’est Omar qui a suggéré à Abou Bakr – calife entre 632 et 634 – de retranscrire et rassembler le Livre Saint dans une vulgate pour conserver la Révélation. Ce qui sous-entendrait que le Prophète aurait négligé ce détail. Abou Bakr aurait refusé, au départ, de réaliser ce que le Prophète lui-même n’aurait pas fait de son vivant. Mais, après un temps d’hésitation, il accepta de le faire, en missionnant un jeune compagnon, Zayd ibn Thâbit (611-665), pour accomplir cette tâche.

Ce dernier, natif de Yathrib, n’avait jamais rencontré le Prophète durant les treize années de la période mecquoise, alors que durant cette période, quatre-vingt-six sourates sur cent-quatorze furent révélées. En effet, Zayd ibn Thâbit (زيد بن ثابت) n’avait que onze ans lorsque le Prophète avait immigré à Yathrib. A la mort de Mohammed, Zayd avait vingt-et-un ans. La tradition canonique le considère tout de même comme l’un des principaux scribes de l’époque prophétique. Sa jeunesse, son absence durant toute la période mecquoise, suscitent bien des Lire la suite… »




Assassinat de Jamal Khashoggi : la paille et la poutre.

22102018

1-Khashoggi-Jihad.png

Mohamed Louizi 

     (Temps de lecture ? 11 minutes.)         

Jamal Khashoggi[1] n’est plus. Selon l’agence SPA (Saudi Press Agency), le procureur général de l’Arabie Saoudite reconnait, dans un communiqué officiel datant du 20 octobre 2018, que « l’enquête préliminaire menée par le ministère public sur l’affaire de disparition du citoyen Jamal bin Ahmad Khashokgi a révélé que les discussions qui avaient eu lieu entre lui et les personnes qui l’avaient rencontré, lors de sa présence au consulat du Royaume à Istanbul, avaient donné lieu à une querelle et à une bagarre avec le citoyen Jamal Khashokgi, ayant abouti à sa mort. »[2] Le Procureur précise que « les enquêtes dans cette affaire se poursuivent avec les 18 personnes »[3] qui y seraient impliquées. Dans une autre dépêche de la SPA, on apprend que l’Arabie Saoudite « exprime son profond regret devant les développements douloureux qui ont eu lieu et souligne l’engagement des autorités du Royaume à informer le public de ces faits et de traduire en justice toutes les personnes impliquées »[4]. Le roi Salman et son fils, le prince héritier Mohammed Ben Salman (MBS), ont tous deux présenté leur Lire la suite… »




Pour sauver la livre turque, est-il nécessaire de «profiter» de la disparition mystérieuse d’un journaliste saoudien?

13102018

Khashiggi-Erdogan-Trump-Brunson

Par Mohamed Louizi

En France, quelque soit le crime commis, la présomption d’innocence[1] — tout au long de l’instruction judiciaire, conduite à charge et à décharge, et jusqu’à la prononciation définitive de la culpabilité ou de l’innocence d’un prévenu, par des magistrats du siège, aidés d’un jury citoyen — est un principe fondamental qui « fait reposer sur l’accusation la charge de rapporter la preuve de la culpabilité »[2] du prévenu. Alors, qu’officiellement, « l’Arabie Saoudite dément avoir donné l’ordre d’assassiner le journaliste dissident Jamal Khashoggi en Turquie »[3], bien des médias français, par ailleurs vent debout contre les fake news, désormais baptisées « Infox », font preuve de beaucoup d’emballement et d’imprudence en relayant, pêle-mêle, pas que des informations recoupées et vérifiables, mais aussi des rumeurs tendancieuses, répandues largement par des médias et des comptes Tweeter hostiles ouvertement à l’Arabie Saoudite : à l’image de la chaîne qatarie Al-Jazeera et de l’agence de presse du pouvoir turc, Anadolu[4].

Certains y voient déjà « la main noir du prince saoudien »[5], Mohammed Ben Salman (MBS). D’autres, sous couvert du conditionnel, laissent entendre que « le journaliste Saoudien Khashoggi aurait été torturé et tué au consulat Saoudien d’Istanbul »[6]. D’autres encore, alors que l’on n’a ni trouvé le corps du journaliste, ni les meurtriers présumés, ni l’arme du crime supposé et que, par-dessus la coupole, aucune enquête judiciaire n’a été menée, à ce jour, à son terme et n’a révélée des aveux, à défaut de mettre la main sur des preuves matérielles incontestables, titrent déjà : « Barbouzes, scie à os … Le récit glaçant de Lire la suite… »




Hakim El-Karoui: to Qatar or not to Qatar?

30092018

El-Karoui-Essai-Sans-Qatar.png

——————————–

Par Mohamed Louizi

Zéro est le nombre de fois où Hakim El-Karoui cite le Qatar dans la version papier de « son » Essai, paru le 11 janvier 2018 aux éditions Gallimard : L’islam, une religion française. Hakim El-Karoui semble être le conseiller « islam » de l’Institut Montaigne et aussi l’un des proches amis influents (mais non-officiels) d’Emmanuel Macron. Inutile de chercher la trace du Qatar dans le classement qui suit, par ordre alphabétique, de ces quelques trente-huit pays cités, une ou plusieurs fois, dans cet Essai[1]. On y trouve ça et là :  l’Afghanistan, l’Algérie, l’Allemagne, l’Angleterre, l’Arabie Saoudite, la Belgique, la Bosnie [Herzégovine], la Chine, la Croatie, Cuba, Daesh, l’Egypte, les Emirats [-Arabes-Unis], l’Espagne, les Etats-Unis [d’Amérique], la France, la Grande Bretagne, la Hollande, l’Inde, l’Indonésie, l’Irak, l’Iran, Israël (cité aussi sous la désignation : Etat Hébreu), la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, le Pakistan, la Palestine, les Philippines, la République Slovaque, la Russie, la Syrie, la Tunisie, la Turquie, le Vatican et le Yémen … mais pas le Qatar !

Dans ce tour du monde en 304 pages, sont cités vingt-et-un pays où l’islam(s) est la religion majoritaire. Parmi lesquels, se trouvent quatorze pays arabo-berbères, incluant la Tunisie dont est originaire le géographe Hakim El-Karoui.  Pas une seule phrase, pas une note de bas de page, ne laissent apparaître expressément le nom du Qatar. Walou ! diraient les Marocains. C’est comme si l’on traitait la question des cartels de la drogue et que l’on mettait en sourdine l’implication de pays comme le Mexique, la Colombie ou l’Afghanistan. Comme si l’on parlait  de la mafia italienne sans évoquer les réseaux de la mythique Camorra napolitaine. Cela manquerait de sérieux. Ainsi, le silence d’Hakim El-Karoui autour du Qatar est Lire la suite… »




Habemus imam …

10052018

habemus imam

Par Mohamed Louizi

Dès que la fumée blanche se dissiperait au dessus du palais de l’Elysée, à l’issue d’un étrange conclave ultra secret dudit « islam de France », le promu chanoine de Latran[1], peut-être quelques jours avant sa rencontre du Pape François au Vatican[2], peut-être quelques jours après, annoncerait depuis le perron de l’Elysée, devant des foules de journalistes subjugués, sa sainte bénédiction, au nom de la République laïque, d’une voix jupitérienne, tel un maître des horloges : « Je vous annonce une grande joie : habemus imam ! » Ces journalistes, réduits au rôle de communicants, applaudiront. Les yeux larmoyants. Tels des bigots écoutant une homélie de l’Opus Dei, la main sur le cœur. L’esprit glisse ailleurs.

En attendant cet « heureux » événement, une « guerre de position » s’emble bien engagée, au sein de l’islamistosphère – je parle d’islamistosphère et non d’islamosphère — mettant en scène des profils congénères qui pourraient bien coller aux critères définis par un certain Hakim El Karoui, le principal conseiller de l’ombre du président de la République, au sujet de l’islam. Celui qui considère que « la loi 1905 n’est pas Lire la suite… »




Mes livres

6052018

Libérer l’islam de l’islamisme

Janvier 2018 – Éditions Fondapol :

liberer-islam-islamisme

Depuis la mort du Prophète Mohammed, le récit islamiste a kidnappé la foi musulmane, pour en faire un projet politique dominant des esprits et des territoires. Après quatorze siècles, ce même panislamisme s’emploie à imposer son agenda à l’Orient et à l’Occident. Sa branche armée se charge de l’accélérer via une stratégie sanguinaire du «jihad global», considérant l’Europe comme ce «ventre mou de l’Occident». En France, un tel projet totalitaire, criant systématiquement à l’islamophobie, initie des revendications communautaristes, des radicalisations islamistes et des violences jihadistes. De défi en défi, il met les décideurs politiques et les divers acteurs sociétaux dans une situation embarrassante. Ces derniers se trouvent tiraillés entre le nécessaire sursaut vital pour préserver les acquis démocratiques fondamentaux et la peur de stigmatiser une partie de la communauté nationale, en raison de sa foi religieuse. La décision politique se montre timorée.

Cette note fait le pari de la connaissance comme prérequis fondamental d’une action politique éclairée, visant à réaffirmer l’identité et les valeurs du récit progressiste français et européen, face au péril islamiste voulant ressusciter le Moyen Âge. Elle invite à différencier la foi musulmane du récit islamiste : islam et islamisme ne sont pas synonymes. Cela passe nécessairement par un voyage vers les premiers temps de l’islam politique pour mieux comprendre la genèse et le sens de toutes ses revendications visant à imposer à la République, la visibilité d’une idéologie dans un paysage sécularisé. La France, de par ses valeurs démocratiques universelles et non négociables, issues de la Réforme, des Lumières et de la Révolution française, se trouve en pole position pour impulser cette réforme vitale, mettant en marche ma règle des 3 R : Redéfinir le sacré, Repenser les textes et Réconcilier l’islam avec la modernité et la laïcité. Dix recommandations, à la fin, ouvrent des perspectives.

Télécharger la note en PDF : ici

Commander la note en ligne : ici

———————————————————————————————————————————————————-

Plaidoyer pour un islam apolitique :

immersion dans l’histoire des guerres des islams

Septembre 2017 – Éditions Michalon

Couverture

La jeunesse musulmane, française et européenne, otage de la littérature islamique classique et des traductions orientées de l’arabe, doit pouvoir différencier, avec raison et justesse, la foi musulmane de ses récits pluriels : différencier particulièrement l’islam de l’islamisme ; différencier l’expérience métaphysique des enveloppes historiques et idéologiques qui aspirent depuis toujours à la contrôler. Car tout n’est pas islam. Car l’islam n’est pas tout.

Face aux discours communautaristes imposant progressivement à la République une loi dite religieuse, je propose un voyage dans les abîmes du passé, vers les premiers moments fondateurs de l’islam politique : un plaidoyer de 256 pages articulé autour de huit actes dont le premier est de « s’affranchir de l’islam califal ».

Interrogeant sans tabous, sans concession, les principaux facteurs politiques, culturels, historiques, dogmatiques, juridiques et épistémologiques, qui ont structuré l’islam durant ses trois premiers siècles, déterminants pour la suite, ce plaidoyer – enrichi par de nombreux projets de réforme combattus, hélas, par les islamistes – invite à la réflexion sur le sens présent de la foi musulmane au quotidien et les présumés « fondements », justifiant des revendications islamistes de visibilité dans un espace républicain sécularisé : voile, halal, carrés musulmans, mutilations génitales, mariage non-mixte, et j’en passe.

Le ton pourrait paraître caustique, je l’assume. Car, il n’est pas question de plaire ou déplaire. Il ne s’agit pas, non plus, de caresser dans le sens du poil ou de chanter avec nostalgie les gloires supposées d’un passé lointain. J’interroge l’histoire. Je ne sublime pas la mémoire. Comment oserais-je le faire alors que la situation est gravissime ? Un corps agonisant préfère l’électrochoc à une tisane, à une berceuse. Qu’il en soit servi.

Ce plaidoyer est un cri de conscience pour une réforme structurelle de l’islam, au service d’un idéal humaniste, juste, laïque, fraternel et libre, qui signe, par la seule plume qui sauve, le combat pacifique d’une vie. L’islam ne sera qu’apolitique ou ne sera plus.

Commander l’essai sur Amazon : ici

——————————————————————————————————————————————————–

Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans :

retour éclairé vers un islam apolitique.

Janvier 2016 – Éditions Michalon

pourquoi-j'ai-quitte-FM

À 37 ans, Mohamed Louizi dévoile son passé de « frère » actif parmi les Frères musulmans de 1991 à 2006 : dès l’âge de 13 ans, il a été au service de l’idéologie d’Hassan al-Banna, d’abord au Maroc, puis en France, au sein de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), rebaptisée « Musulmans de France ». Il livre ici le récit détaillé de quinze ans de militantisme dogmatique, avant de revenir sur les découvertes, les doutes et les interrogations qui ont précédé son désengagement ; il décrypte – preuves à l’appui – la stratégie d’islamisation globale non-déclarée des Frères musulmans (appelée aussi le Tamkine) en France et en Europe, avant de conclure, pour ses enfants, pour la République, sur son retour vers un islam éclairé et apolitique. Un témoignage citoyen d’intérêt public.

«J’essaye de cheminer à mon rythme. Peut-être, un jour, atteindrai-je mon but, dans le silence de mon âme et à l’ombre de ma plume. Peut-être n’y arriverai-je pas. Ce qui compte après tout, c’est le sens du courage et l’authenticité du témoignage.» Mohamed Louizi.

Commander l’essai autobiographique sur Amazon : ici.

Annexe n°5 à télécharger en PDF et lire ici :

50 ans de Tamkine des Frères musulmans au Qatar

fichier pdf 50-ans-de-Tamkine-des-Freres-Musulmans-au-Qatar-MLOUIZI

——————————————————————————————————————————————————————

Islam en Europe :

Difficultés d’intégration

et défis du terrorisme

Avril 2016 – Ouvrage collectif en arabe

Ma contribution a été consacrée au réseau frériste en France, à travers le cas de Tariq Ramadan, ses stratégies, ses discours et l’évolution de son influence entre les débuts, les années 90 et aujourd’hui (A l’époque de la parution de cet ouvrage collectif, le « Ramadan Gate » n’avait pas encore éclaté.

Editions Al Mesbar Studies & Research Center

islam en Europe

تقديم

يتحدر المسلمون في أوروبا من أعراق وثقافات وإثنيات وقوميات مختلفة. ليس من السهل إدارة هذا التنوّع الإسلامي إذا أخذنا بالاعتبار الفوارق الثقافية والإثنية والدينية. ومما يُعقد صعوبة هذا المشهد الجديد الشعور بالاغتراب لدى الأجيال الجديدة من المسلمين، وتنامي الظاهرة الإسلاموية لدى شريحة منهم، تنظر إلى العالم برؤية مختلفة عن نظرة الآباء المهاجرين. وقد عزز تصاعد موجة الإسلاموفوبيا (رهاب الإسلام) الشعور بالاغتراب، خصوصاً أنَّ الإرهاب جعل الجاليات المسلمة ضمن دائرة الاتهام الضمني.

يأتي كتاب «الإسلام في أوروبا: إشكاليات الاندماج وتحديات الإرهاب» (الكتاب الثاني عشر بعد المئة، أبريل (نيسان) 2016) في ضوء حدثين إرهابيين شكلا صدمة للرأي العام العالمي: الأول: الأحداث الإرهابية التي تعرضت لها باريس (2015)، والثاني: هجمات بروكسل (2016) عاصمة الاتحاد الأوروبي، وما نتج عنهما من سقوط عدد لا يستهان به من الضحايا.

تطرق الباحثون إلى موضوعات على علاقة بمستويات مختلفة: ثقافية وسياسية واجتماعية. فتناولوا: «أوروبا ومسلموها وقواعد التأسيس»، «الإمامة في أوروبا الغربية»، «التحليل التاريخي المقارن لتقاليد البلدان الأوروبية المعنية بوجود الإسلام»، «الإسلام ومؤسساته في أوروبا»، «تدريس الدين الإسلامي»، «الهجرة إلى الاتحاد الأوروبي»، «السلفيون والإخوان المسلمون في أوروبا»، و«الشخصيات الإسلامية المؤثرة في أوروبا». أفرد الكتاب أربع دراسات للإسلام في فرنسا: «هل يوجد إسلام أوروبي؟ فرنساً أنموذجاً»، «الإسلاموفوبيا في فرنسا»، «مكافحة الإرهاب في فرنسا»، و«الهجرة ما بعد التفجيرات والحروب في الشرق الأوسط». ينبثق هذا الاهتمام بالمسلمين في فرنسا من خصوصية نظام الفصل بين الدين والدولة على الطريقة الفرنسية، علاوة على أنها أهم بلد يتمركز فيه المسلمون، إذ يشكلون حوالي (10%) من مجموع السكان.

أصبح فهم المسلمين في أوروبا أمراً ملحاً من أجل تحقيق اندماجٍ اقتصادي وسياسي وثقافي في المجتمعات الأوروبية، يقترن بتطوير خطاب ديني عقلاني تنويري، يؤسس لتصور مستنير حول الإسلام، وهذا ما دعا إليه عدد من المفكرين الفرنسيين من أصول عربية بينهم المفكر الفرنسي– الجزائري مالك شبل مؤسس فكرة «إسلام الأنوار». ولا يمكن مواجهة هذه العقبات ما لم تُقدِم الحكومات الأوروبية على توفير الآليات الناجعة لبناء المواطنة الكاملة لأبناء المهاجرين، عبر تحسين ظروف حياتهم الاجتماعية، وتأمين سبل الانخراط السياسي بشكل يمكنهم من الانضواء في الأطياف السياسية الأوروبية. ولكنْ ثمة تحدٍّ ماثل أمام الاندماج مرده تزايد أعداد المهاجرين الهاربين من الحروب في الشرق الأوسط في الآونة الأخيرة، وتمسك شريحة واسعة من الأحزاب اليمينية الأوروبية بمواقف سلبية إزاء مسألة الهجرة، فتصاعدت الإسلاموفوبيا ومؤشرات العداء للإسلام في موازاة أزمة اقتصادية تعاني منها الدول الأوروبية، مما يضغط على الوظائف والخدمات العامة.

إن خطاب الكراهية ضد المسلمين أصبح أرضية يعتمد عليها قادة اليمين المتطرف في أوروبا، الذين يستندون في برامجهم الانتخابية إلى تعميم ثقافة الخوف من الإسلام. ينعكس هذا كله سلباً على المسلمين المهاجرين، معززاً شعورهم بالاغتراب والعزلة في حلقة مفرغة وخطرة. والحال، فإنَّ فهم المسلمين في أوروبا لا يمكن فصله عن الإسلاموفوبيا كظاهرة معقدة، متعددة الجوانب وذات جذور اقتصادية وثقافية وسياسية. ومن المهم القول: إن الاهتمام باندماج المسلمين الأوروبيين في مجتمعاتهم، يقترن بتزايد الاهتمام بمختلف أشكال العنف الديني التي تُقترف باسم الإسلام، مما يُعقّد بشكل بالغ محاولات الإدراك كافة، لأنَّ طبيعة مكافحة الإرهاب تُختزل في قضية أمنيّة بحتة، فيحتل المنظور الأمني الأولوية ويتم تجاوز المعطيات الأخرى الأشد تعقيداً. ومع ضرورة الإقرار باندماج أعداد كبيرة من المسلمين في القيم والثقافة الأوروبيتين، من الأهمية بمكان اتخاذ الإجراءات اللازمة تجاه الجيل الثاني، خصوصاً ما يتعلق بالتهميش الاقتصادي والاجتماعي، في سبيل الحد من انخراط بعضهم في صفوف التيارات الراديكالية والتكفيرية. والحال، لا بد من النظر إلى قضية المسلمين في أوروبا نظرة شاملة وليس مجرد اختزالها بالعامل الأمني أو التهديد الديموغرافي.

ثمة عامل آخر يضاعف من تعقيد محاولات الاندماج، ويتمثل بانتشار جماعات الإسلام السياسي في أوروبا، التي عززت شرعيتها على أنقاض معطيات التهميش التي يعاني منها المسلمون المهاجرون. إلى ذلك، فإنَّ هذه الجماعات تجد في الاندماج الطبيعي للمسلمين تهديداً بالغاً لها؛ كونه يُلغي الحاجة إليها ويُقلل من قدرتها على التغلغل والتعبئة لقضاياها.

تاريخياً، تمكنت الحركات الإسلامية التي واجهت حصاراً قاسياً في دولها الأصلية من بناء شبكة قوية في أوروبا، عبر إنشاء المنظمات الإسلامية، والمراكز الثقافية والبحثية، والمنظمات غير الحكومية، إلى جانب شبكة «مستقلّة» من الأفراد، والدعاة، والأكاديميين، والناشطين، والصحافيين.

لا ترتبط التحديات التي تعترض المسلمين الأوروبيين بجماعات الإسلام السياسي فحسب، فثمة بعض الأئمة في أوروبا يتبنى خطاباً متطرفاً تجاه القيم الغربية –لا سيما العلمانية- ولديهم تأثير على شرائح مسلمة واسعة، مما يسهم في إحداث قطيعة نفسية واجتماعية مع المحيط الأوروبي. ينشط عديد من الأئمة في أوروبا في مبادرات الحوار بين الأديان والثقافات، غير أن بعضهم يخشى على نفوذه الديني فيتحاشى سياسات الانفتاح؛ وهذا ينتج معضلة أخرى.

كل ما سبق من قضايا مرتبطة بإشكاليات الاندماج والإرهاب الإسلاموي وتنامي رهاب الإسلام ونفوذ حركات الإسلام السياسي، والهجرة من الشرق الأوسط الرهيب، تُعد من أبرز المعضلات التي تواجه أوروبا اليوم -تحديداً- إثر موجات اللجوء الأكبر منذ الحرب العالمية الثانية تجاه القارة العجوز، والتفجيرات الإرهابية التي طالت أكثر من دولة. لقد عمل الكتّاب المتخصصون في الإسلام الأوروبي على فهم وتحليل التحديات الماثلة أمام المسلمين والمجتمعات الأوروبية بتعدديتها الدينية والثقافية.

في الختام يتوجه مركز المسبار بالشكر لكل الباحثين المشاركين في الكتاب، ويخص بالذكر الزميل محمد الحدّاد والزميلة ريتا فرج، اللذين نسّقا العدد، ونأمل أن ترضيكم ثمرة جهودهما وفريق العمل.

رئيس التحريرأبريل (نيسان)2016




Antisémitisme : voilà pourquoi je n’ai pas signé la tribune de Philippe Val.

28042018

manifeste-antisémitisme

Par : Mohamed Louizi

«Serait-ce trop demander que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés d’obsolescence par les autorités théologiques, comme le furent les absurdités de la Bible et le dogme catholique antisémite aboli par Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime?». C’est bien ce passage, en particulier, figurant noir sur blanc sur la version tapuscrit du «Manifeste «contre le nouvel antisémitisme»»[1], que publie aujourd’hui Le Parisien, qui m’a convaincu de proposer sa reformulation dans le sens d’un appel à une réforme du rapport au Texte …

En effet, le 11 avril, on a sollicité mon «accord de principe» pour joindre mon nom à cette tribune, tout en précisant que ma signature ne sera considérée définitive qu’après validation de son texte que j’ai reçu le 13 avril. En retour, j’ai précisé que bien que je souscrive globalement aux termes de cette tribune, le passage précité me paraît problématique et polémique voire contre productif. J’ai donc proposé sa reformulation. Car, présenter la chose de cette façon, reviendrait, de mon humble point de vue, à valider le souhait des islamistes qui Lire la suite… »




Sarkozy, BHL, Moix … : deux poids, deux mesures.

28042018

Celine-BHL-Sarkozy-Moix

Par : Mohamed Louizi

Est boiteuse toute comparaison entre, d’un côté, l’antisémitisme réel et assumé des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline — Mea Culpa (1936), Bagatelles pour un massacre (1937), L’école des cadavres (1938), Les Beaux draps (1941) … — et de l’autre côté, « l’antisémitisme » supposé, fantasmé à dessein, du Livre saint des musulmans, appelé improprement «le Coran». On aime ou on n’aime pas, on y croit ou on n’y croit pas, le fait est qu’aucun verset du Livre saint, aussi « violent » pourrait-il paraître à certains néophytes, ne peut être comparé à la cruauté sans nom de ces pamphlets. Et pourtant …

Je dis bien «et pourtant…» car parmi les signataires de ce «Manifeste contre le nouvel antisémitisme»[1], qui appelle clairement à l’expurgation du Livre saint, pour ne pas dire à sa censure partielle, il y en a ceux qui, en même temps, trouvent des excuses à Céline. Ils en sont fans à l’image de l’ex-président de la Lire la suite… »




Justice pour Jibrîl (2016-2017).

14042018
Jibril.png
Par : Mohamed Louizi.
Son passage sur Terre n’a duré que deux-cent-quatre jours. Né en hiver, il est parti en été. Le jour de sa naissance, le 28 décembre 2016, à la Maternité Jeanne de Flandres à Lille, je l’ai pris dans mes bras et me suis abandonné, durant un temps universel, comme par effet mystique, dans son regard si beau, si gracieux, si perçant. Ses yeux, rivés en direction de notre Monde, étaient assurément ouverts alors qu’il n’était là, parmi nous, que depuis quelques heures. Ce désir existentiel, fruit de l’amour, traversant tout un chacun, célébrant la vie par elle-même, dans une fausse répétition d’authentiques singularités infinies, au milieu de tant de fatalités froides, lui, le transportait dans un cœur fragile d’où s’alimente un regard enchanteur, tel un témoignage sans mots.
Il portait en lui, comme tout nouveau-né, l’Histoire de l’Humanité, le patrimoine insaisissable du vivant, la mémoire d’une lutte interminable pour être et exister dans un Univers glacial. Pour qu’il soit, il a vaincu, miraculeusement, toutes les lois cosmiques, rendant impossible toute vie en dehors de notre Terre nourricière. Il a vaincu les aléas et risques de neuf mois d’existence embryonnaire et fœtale dans une matrice somme toute très fragile. Un exploit. Pour qu’il ne soit plus, foudroyé par la loi de l’arbitraire faite marché juteux, emporté par un déluge de négligences, il lui a suffit de croiser, comme par destinée malheureuse, le chemin de l’inconscience professionnelle, incarnée par une équipe de la société … Hertz Maroc. Un drame.
Il était parti pour la première fois, pour se nourrir de la proximité de ses grands-parents et marcher à quatre-pattes joyeusement sur Lire la suite… »






Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus