• Accueil
  • > Recherche : attention manipulation

A contre-courant de l’islamisme, l’islam de Sidi

13102019

Sidi

Par Mohamed Louizi

Sidi fut agriculteur, meunier, hakem (juge), faqih (juriste) et fin connaisseur de la doctrine de l’imam Mâlik Ben Anas, dont l’école jurisprudentielle, dite l’école mâlikite, est la plus ancienne des quatre écoles de droit musulman sunnite, et celle qu’observe officiellement l’islam marocain …

Quand j’avais 7 ans, à l’aube d’une journée de juin 1985, à côté de Sidi, j’ai pris la direction de Had Al Aounate à Doukkala, à bord d’un bus régulier. C’était la première fois que je voyageais sans mes parents. La compagnie de Sidi avait quelque chose de délicieux et de particulier, d’autant plus que la destination était la campagne, ma destination préférée depuis toujours. À partir de cette année-là, et durant dix ans, passant par l’année 1991, celle du décès de Sidi, toutes mes vacances scolaires, sans exception, je les ai passées à la campagne, seul ou en famille, y compris les vacances intermédiaires et les trois jours de la fête du Trône.

En songe j’avais vu mon grand-père, Sidi, bien habillé et comme s’il était assis seul, à même le sol, sur un tapis traditionnel marocain, au fond d’un salon simple, peint en blanc, éclairé, spacieux et propre. Devant lui, il y avait une table basse, de forme circulaire. Je n’avais pas prêté attention à sa couleur et à ses détails. Au-dessus de la table l’on avait déposé un grand Lire la suite… »




De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom ?

9052016

01.png

Par : Mohamed Louizi

Vous pouvez télécharger en trois parties (sous format PDF) la présente enquête ici :

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 1 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 2 sur 3

fichier pdf De quoi la quenelle au Sénat est-elle le nom – illustré – 3 sur 3

Ils l’ont fait, au sein du Sénat, en octobre 2013. Leur passage dans ce lieu symbolique de la République a été immortalisé, entre autres, par une « quenelle », en bonne et due forme, visiblement à l’honneur de Dieudonné M’bala M’bala. Cette quenelle au Sénat, était-ce un sacre de l’insolence ? Everest de l’insouciance ? Ou au contraire, un bras de déshonneur lancé à la face d’une République qui se rétrécit jour après l’autre ? Lorsque l’on sait que cette institution majeure de l’Etat, chambre haute du parlement, symbole du pouvoir législatif, et dont le président pourrait assurer, selon les articles de la Constitution en vigueur, la présidence de la République par intérim, cette quenelle prend le sens au moins d’une « profanation » préméditée de ce haut lieu de la République !

Cette photo a défrayé la chronique, timidement somme toute, dans le territoire du denaisis lors des élections municipales de 2014. Une liste de l’opposition l’a utilisé contre la liste de la majorité. Le temps d’une campagne électorale. Mais seulement le temps d’une compagne électorale. Et puis, c’était tout. Du côté de la rue de Solferino, aucune sanction à ma connaissance. Car au moins trois personnes qui y figurent étaient candidates du parti socialiste et Divers Gauche à Denain, Escaudain et Haveluy pour devenir Lire la suite… »




Hassan Al-Banna et la jeunesse (4/4)

28052015

Par : Mohamed LOUIZI

Hassan Al-Banna et la jeunesse (4/4) dans Associations 200.png

 

L’idéologie des « Frères Musulmans » comme un appel salafiste !

Lors du « cinquième congrès » des « Frères Musulmans », célébrant le dixième anniversaire de la confrérie en 1938, Hassan Al-Banna  avait défini, en arabe, et en huit points, ce qu’étaient fondamentalement « l’idée » et « l’identité » des « Frères Musulmans ». Cette confrérie, selon son propos, est une combinaison d’un ensemble composé : d’un « appel salafiste », d’une voie « sunnite », d’une « vérité soufie », d’une « organisation politique », d’un « groupe sportif », d’une « ligue scientifique et culturelle », d’une « entreprise économique » et d’une « idée sociale et sociétale »[1]

Si aujourd’hui, j’affirme clairement que cette confrérie, et ses représentations dans différents pays, en Orient comme en Occident, sont des organisations salafistes, je ne fais en vérité que réaffirmer ce que disait Hassan Al Banna en 1938. Ici le terme « salafiste »  est dérivé du mot « salafisme » (السلفية)  qui désigne une tendance visant à vouloir suivre, scrupuleusement, les traces des « Salafs », ces compagnons du Prophète et leurs successeurs des trois premiers siècles, dont l’histoire a été incontestablement idéalisée et magnifiée. Lire la suite… »




Hassan Al-Banna et la jeunesse (2/4)

24052015

Par : Mohamed LOUIZI

Hassan Al-Banna et la jeunesse (2/4) dans Actualites 1-_HassanAlBanna_Scouts.png
© ML

(Temps de lecture estimé à : 59 minutes)

    


Jeunes « frères » : Allégeance, Coran et pistolet !

Le discours d’Hassan Al-Banna (cf. article 1/4 ici)séduisait une large masse d’une jeunesse désorientée, dans une Égypte colonisée, de 1882 jusqu’à 1953, par les britanniques. De cette jeunesse endoctrinée et embrigadée, par un tel discours idéologique, émergeait, et dès la création de la confrérie, des groupes organisés et disciplinés, inspirés du  scoutisme, tel qu’il a été initié par le militaire britannique Robert Baden-Powell (1857- 1941). 

Les groupes des scouts de la jeunesse frériste portaient, au départ, le nom d’« équipe de voyages » et puis « équipe Jawala »[1]. Ces jeunes recrues, officiellement âgés de dix-sept ans au moins, recevaient, en plus d’une éducation spirituelle aux standards de la confrérie, une formation aux sports de combat, ainsi qu’une préparation physique et militaire, pour qu’ils soient aptes à répondre à l’appel du Jihad armé.  Lire la suite… »




« Finesse » contre « connerie » : Le combat éternel !

15012015

Par : Mohamed LOUIZI

« Finesse » contre « connerie » : Le combat éternel ! dans Religion Marcher_sur_la_tete

 

Ce lundi soir, après le collège, ma fille de douze ans m’a posé une étrange question : « Papa ! Que répondrais-tu à un enfant qui refuserait de dessiner. Et qui te dirait que, désormais, dessiner : tue » ?

Quelle étrange question, me diriez-vous, n’est-ce pas ?! Surtout lorsqu’elle s’ajoute à cette plainte embarrassée, exprimée par une maîtresse, dénonçant l’attitude d’un « papa » qui l’avait enjoint, de ne donner, à son enfant, plus aucun travail comportant du « dessin » ou du « coloriage ». Car selon ce parent : « dessiner  et  colorier seraient contraires aux percepts de la religion musulmane ! ». Rien que ça ! La maîtresse n’a pas cédé. Elle n’a pas l’intention de céder. Elle ne cédera pas. Et tant mieux comme ça !

Quant à l’étrange question de ma fille, j’ai tenté d’expliquer que la meilleure façon d’y répondre serait, peut-être, que nous nous mettions tous ensemble, grands et petits, à « dessiner » autour de la même table. Quoi de plus crédible que de servir d’exemple en dessinant, encore et toujours, tout et n’importe quoi, au lieu d’essayer de convaincre, les uns et les autres, par les mots ! Laissons parler « nos » crayons ! Quoi de plus beau que de se retrouver, en famille, ou entre amis, autour d’une même table de dessin ou de coloriage, crayons à la main !

Mais au-delà, j’ai senti que sa question n’était pas innocente, pour autant, et qu’elle cachait une vraie inquiétude ; une vraie souffrance ! Elle, qui est passionnée, par ailleurs, de BD, de mangas et de reproduction, tantôt adroite, tantôt maladroite, de ces héros préférés ! Depuis, sa question, je l’avoue, occupe presque tout l’espace de mon esprit et ne me quitte plus. Il me semble que dans sa tête « dessiner » et «se faire tuer » sont, hélas, devenus synonymes ! Je crains que le « massacre » de « Charlie Hebdo » ne soit pas aussi le « massacre » de ses rêves, de ses questions, de ses inquiétudes et de sa manière, à elle, d’intégrer « notre » monde et tenter de le comprendre ! 

Hier, à la lecture de « Charlie HEBDO », en page 12, LUZ – ce rescapé ! – s’est mis à rappeler l’évidence même ! Comme quoi, après des dizaines de milliers d’années, depuis le paléolithique supérieur, depuis l’Aurignacien et ses représentations figuratives, il y a environ 39.000 ans de notre époque – soi-disant moderne ! – « nous » nous retrouvons, désormais, obligés et forcés de « nous » justifier inlassablement et d’expliquer les motivations qui animent ce besoin « existentiel » – j’ose dire – qui est celui de continuer de « dessiner » … tout simplement ! Serions-nous devenus plus reculés que l’homme préhistorique ? En voilà une première question qui en vaut la peine d’être posée ! Lire la suite… »




Comprendre « l’inexplicable » au grand dam de Sarkozy !

25032012

Comprendre

Suite aux drames de Montauban et de Toulouse … et face à la volonté « sarkozyste » de faire taire toute critique et de ne permettre que la version officielle des faits, propagée d’ailleurs par le tandem « Sarkozy-Guéant » et par des médias complices … j’oppose, dans un premier temps, ma volonté de comprendre les faits, les coulisses, les scenari, les enjeux … et dans un deuxième temps, mon « bulletin de vote », pour espérer un changement tant attendu!

Le régime actuel use et abuse de tout, et surtout des peurs … Il se sert des drames pour cacher les misères de son idéologie comme de ses politiques … Il ne connait pas de limites … On peut/doit tout imaginer en sa présence, le pire comme le pire … Il est temps que tout cela change enfin!

Il est temps de comprendre comment s’opèrent les manipulations les plus extravagantes et au profit de qui !

Le pouvoir qui se sert de la peur pour garder ses privilèges est un pouvoir qui lui même habité par une peur immense … une peur noire … La peur que des gens/citoyens/électeurs découvrent sa vraie face cachée … Cette face faite de conflits d’intérêt, de corruptions, de connivences, de malversations, d’enrichissements personnels sur le dos des deniers publics et sur le compte des peuples opprimés, de mensonges à répétitions (Affaire KARACHI, Affaire WOERTH-BETTENCOURT, Affaire KADHAFI, Affaire BALLADUR, …)!

Cette face faite d’échecs dans la gestion des affaires sociales et économiques … d’échecs flagrants et inquiétants en matière de cohésion sociale et de libertés fondamentales … et de bien d’autres échecs!

Le pouvoir en place veut se maintenir, et c’est bien son droit dans une démocratie respectable, mais il oublie, au passage, que le maintien se mérite et que la démocratie, dont il se vante d’être le protecteur, risque de le sanctionner lourdement, comme lors de toutes les échéances électorales qui se sont déroulées depuis son installation à la tête de l’État, depuis 2007!

Un pouvoir qui a peur que l’on démasque ses torts et travers, est un pouvoir qui ne mérite pas de gouverner … tout simplement!

Que faire donc pour déjouer ce qui se trame, dans les coulisses du pouvoir, depuis une semaine, voire depuis quelques mois?

Doit-on observer le « silence », que le pouvoir nous recommande, et ne dire et penser que ce qu’il autorise et propage comme version officielle des faits dramatiques?

Ou bien doit-on prendre le risque mesuré – encore faut-il qu’il y ait un risque mesuré – de comprendre cet « inexplicable » qui en dit long sur la nature profonde de ce régime?

Pour ma part, après la condamnation des tueries de Montauban et de Toulouse, quelques soient son ou ses auteur(s), je considère, comme bon nombre de citoyens, que ces drames doivent trouver une explication tangible qui tranche un peu, ou radicalement, avec la version que l’on essaye d’imposer bon gré malgré … D’ailleurs, tout s’explique y compris l’absence d’explication!

Ci-dessous je mets à disposition de mes ami(e)s quelques articles, téléchargés ici ou là, pour permettre de cerner les tenants et les aboutissants d’une affaire qui en cache bien d’autres!

Je rajouterai, au fur et à mesure, d’autre articles dans le même sens, si vous avez des articles à me proposer, (qu’ils soient en français, en anglais ou en arabe), je suis intéressé et je vous en remercie!

Enfin, j’espère que cet événement dramatique réveille en nous le sens de l’engagement citoyen, pacifique et déterminé pour préserver la République des déboires d’un régime aux abois!

Arès la fin dramatique d’un hiver hors du commun, place maintenant au « Printemps Français »!

fraternellement, Mohamed.

fichier pdfLa politique de la peur – Edwy PLENEL

fichier pdf Les-enseignements-de-Toulouse – Tariq RAMADAN

fichier pdf Mohamed MERAH ou l’echec de la méthode Squarcini – Louise FESSARD

fichier pdf Mohamed Merah, vrai terroriste, idiot utile ou victime d’un complot étatique – Zeynel CEKICI

fichier pdf www.rue89.com-tuerie-de-toulouse-mohamed-merah-loup-solitaire-a-demontrer-

 







Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus