Intifada sur les Champs Élysées ?

30 11 2018

Al-jazeera-Printemps-Parisien

Par Mohamed Louizi

Contrairement à ce que les autorités françaises et des rédactions parisiennes disent ou laissent entendre, une partie de la presse arabe, considère que les actes de violence et de saccage de la belle avenue des Champs Élysées, en marge des manifestations pacifiques des Gilets Jaunes du samedi 24 novembre 2018, seraient (ou étaient) le fait de membres de la branche secrète paramilitaire de l’organisation internationale des Frères musulmans : al-Tanzim al-Dawli (التنظيم الدولي).

En effet, le mercredi 28 novembre 2018, le quotidien égyptien Al-Masri Al-Youm[1] (المصري اليوم) – L’Égyptien aujourd’hui –  a publié un article accusant la mouvance des Frères musulmans d’être impliquée, directement ou indirectement, dans l’éclatement des violences sur les Champs Élysées. Il s’est appuyé sur l’analyse d’un fin connaisseur (de l’intérieur) des méthodes fréristes dans de telles circonstances. Il s’appelle Mohamed Habib (محمد حبيب). Jusqu’à sa démission en 2009 de toutes ses fonctions islamistes[2], Mohamed Habib occupait un poste clef au sein de l’échiquier international des Frères musulmans. Il était premier adjoint de leur «guide suprême». C’est dire !

Mohamed-Habib 

Dans sa déclaration au quotidien égyptien, il a fait remarquer les ressemblances entre les actes de violence constatés sur les Champs Élysées samedi dernier, et des actes similaires observés au Caire, la capitale égyptienne, en janvier 2011. «La similitude – dit-il – entre les événements du Caire et de Paris est très importante. Ce qui nous invite à réfléchir et à analyser attentivement cette question. En général, nous pouvons dire que les islamistes sont impliqués directement ou indirectement dans ce qui s’est passé en France. Mais, pour que nous soyons cohérents, il nous faut davantage d’investigations précises pour savoir exactement qui  est derrière ces manifestations qui ressemblent très fortement à ce que nous avons observé [au Caire] durant  la révolution [du 25] janvier [2011]»[3]. Mohamed Habib précise que si le début de la contestation est le fait de citoyens français en colère, les Frères musulmans tentent d’investir cette colère et l’utiliser à leurs fins de déstabilisation politique.

Dans la foulée, le même quotidien invita un autre islamiste presque «repenti», Nabil Naïm (نبيل نعيم), présenté comme étant «spécialiste des mouvements islamiques». Nabil Naïm est l’un des fondateurs du mouvement du «Jihad Islamique» égyptien, impliqué en 1981 dans l’assassinat du président Anwar al-Sadat. «Sans aucun doute – dit Naïm – les Frères musulmans participent aux manifestations en France.»[4] Il ajoute : «N’oublions pas qu’en France, il y a des Frères musulmans Algériens, Tunisiens et Marocains, vivant dans les banlieues. Bien sûr ils participent aux manifestations en France qui laissent apparaître leurs méthodes et leurs idées.»[5]

Par ailleurs, de son côté, l’autre quotidien de référence en Égypte, Al-Ahram, a relayé le propos du journaliste Mohamed Al-Baz. Dans une émission de télévision, ce dernier a évoqué clairement les « doigts de l’organisation internationale des Frères musulmans »[6] qui se cacheraient derrière les violences sur les Champs Élysée. Il a fait remarquer que le slogan «Macron dégage !», qui n’a rien à voir avec des slogans sociaux et économiques,  rappelle curieusement celui que des fréristes, entre autres, avaient scandé lors desdits «printemps arabes» qui avaient ouvert une autoroute vers l’accès des islamistes au pouvoir dans de nombreux pays.   

Sans parler des réseaux sociaux arabes qu’ils l’ont relayés des milliers de fois, dès que cette information accusatrice et lourde de sens a fait surface, elle a trouvé très vite, sa place sur les colonnes d’autres supports arabes nationaux et internationaux, comme, par exemple, au Maroc[7], en Jordanie[8] ou en Angleterre[9]. D’autres médias, plutôt proches des Frères musulmans, tentent de la contester alors que sa source n’est pas anodine : il s’agit quand même de l’ex-premier adjoint du «guide suprême» des Frères musulmans. Ces médias pro-fréristes, comme s’ils étaient objectifs, essayent de mettre en cause l’objectivité du quotidien égyptien et sa prétendue proximité du président Al-Sissi qui aurait quelque chose à gagner en accusant ses ennemis, les Frères. C’est l’avis du quotidien londonien arabe Al-Quds Al-Arabi[10], par exemple.

Quant à Al-Jazeera, la chaîne de l’émir du Qatar, elle s’en est fait l’écho aussi pour en discréditer le contenu[11]. Al-Jazeera titre déjà «Printemps parisien : comment les taxes de Macron enflamment les rues de France.»[12] On peut constater qu’elle lâche l’expression «printemps parisien» qui rappelle bien des souvenirs de son déchaînement médiatique contre des régimes arabes depuis la «révolution du Jasmin» en Tunisie et le départ de Ben Ali. Al-Jazeera qui a déstabilisé l’autre rive de la Méditerranée en amplifiant le slogan «Dégage !»  se mettra-t-elle à plein régime pour détourner la colère légitime des Gilets jaunes au profit du projet islamiste en France ? Une chose est certaine, elle sait faire …

De son côté, la presse française, presque comme à l’accoutumé, demeure silencieuse à ce sujet. Elle continue à se poser des questions sur l’identité des casseurs qualifiés par des responsables politiques de « séditieux », de «peste brune», d’«ultra droite», d’ «anarchistes», de «black bloc» et j’en passe. Toutefois, à en croire cette même presse, les profils des personnes interpellées en marge des violences sur les Champs Élysées n’accréditeraient pas tous ces qualificatifs. L’Express révèle que la plupart des personnes placées en garde à vue après la violente manifestation parisienne «n’ont pas d’antécédents judiciaires.»[13] C’est aussi ce que révèle Le Parisien[14].

4

Des questions demeurent entières : qui sont ces casseurs munis curieusement de masques à gaz que l’on a vu jeter des  pavés et des pierres sur les forces de l’ordre ? Pourquoi écarte-t-on, en France, contrairement aux pays arabes, la piste islamiste qui serait, entre autres, responsable de l’éclatement des violences sur les Champs Élysées alors que cette éventualité est sérieusement avancée et soutenue par des personnes qui connaissent l’idéologie et les actions violentes des Frères musulmans ? Aussi, quand le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner déclarait, comme pour dissuader les manifestations pacifiques des «Gilets jaunes», je cite : «Notre pays fait face à des risques sécuritaires majeurs, dont le risque terroriste qui est présent.»[15]-[16], faisait-il (ou pas) allusion, sans pouvoir le nommer, à ce risque bien connu ?

Si cette information s’avère juste et crédible, il devient plus qu’urgent pour que les autorités agissent vite et fermement. Autrement, le sort de la France ne sera guère différent des pays qui, sous couvert du «printemps», n’ont vu s’installer durablement chez eux qu’un terrible automne islamiste agité, ses tempêtes et ses feuilles mortes. Le mieux pour la France serait d’accéder, sans jouer la montre, aux revendications légitimes du mouvement populaire et pacifique des Gilets jaunes. Le pire serait de laisser pourrir une situation qui, in fine, ne fera que le jeu de tous les extrêmes qu’ils soient brun, black ou vert. Est-on déjà entré dans une phase redoutée, celle d’un  «face-à-face» auquel faisait allusion l’ex-ministre de l’Intérieur le jour de son départ ? Une sorte d’Intifada ? 

Notes :


[1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Al-Masri_Al-Youm

[2] https://www.almasryalyoum.com/news/details/557

[3] https://www.almasryalyoum.com/news/details/1346932

[4] https://www.almasryalyoum.com/news/details/1347212

[5] https://www.almasryalyoum.com/news/details/1347212

[6] http://gate.ahram.org.eg/News/2060293.aspx

[7] https://ar.hibapress.com/details-111380.html

[8] http://www.ahdath24.com/article/142100

[9] https://arabi21.com/story/1140859/صحيفة-مصرية-الإخوان-المسلمون-وراء-الاحتجاجات-بفرنسا

[10] https://www.alquds.co.uk/من-حقك-أن-لا-تعرف-صحيفة-مصرية-تتهم-الإ/

[11] http://mubasher.aljazeera.net/news/صحيفة-مصرية-التنظيم-السري-للإخوان-وراء-مظاهرات-فرنسا

[12] http://midan.aljazeera.net/reality/economy/2018/11/29/الربيع-الباريسي-كيف-أشعلت-ضرائب-ماكرون-شوارع-فرنسا

[13] https://www.lexpress.fr/actualite/societe/gilets-jaunes-sur-les-champs-elysees-qui-sont-les-casseurs_2050434.html

[14] http://www.leparisien.fr/faits-divers/violences-sur-les-champs-elysees-la-majorite-des-interpelles-sans-antecedent-judiciaire-25-11-2018-7953267.php

[15] https://twitter.com/CCastaner/status/1064605274047217664?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1064605274047217664&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.marianne.net%2Fpolitique%2Fchristophe-castaner-suggere-que-le-risque-d-attentat-est-decuple-par-les-gilets-jaunes

[16] https://www.marianne.net/politique/christophe-castaner-suggere-que-le-risque-d-attentat-est-decuple-par-les-gilets-jaunes


Actions

Informations



12 réponses à “Intifada sur les Champs Élysées ?”

1 2
  1. 5 12 2018
    Daix (18:10:06) :

    Curieux que la police n’arrête que des GJ, aucun de ces casseurs n’a été entendu. Cette complaisance de la part du ministère de l’intérieur n’est pas innocente.

  2. 7 12 2018
    ego sum (22:16:47) :

    c’est pas ça qui va faire monter les bourses !

1 2

Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus