• Accueil
  • > Actualites
  • > Témoignage saisissant de mon ami Raouf: « Le jour où j’ai découvert que j’étais dangereux pour Macron »

Témoignage saisissant de mon ami Raouf: « Le jour où j’ai découvert que j’étais dangereux pour Macron »

19 07 2018

Macron-Benalla

Au meeting du candidat Emmanuel Macron, le 14 janvier 2017 à Lille, mon ami Raouf(*) a vécu une humiliation indescriptible et insupportable. Il en avait déjà rendu compte sur sa page Facebook avec dignité et émotion. Aujourd’hui, en regardant les infos, il a pu mettre un nom sur le visage de cet agent de « sécurité » aux méthodes de voyous. Cet étrange proche de président de la République. Son nom est … Alexandre Benalla. Témoignage :

« M‘étant inscrit au meeting de notre jeune prodige anti-système qui se déroule en ce moment à Lille, j’ai eu la belle surprise de constater à quel point le profilage politique sur base ethnique avait de beaux jours devant lui. Les raisons de ma présence se tiennent à une formule assez simple : tu dois connaître pour mieux lutter. Animer par une grande curiosité, je voulais connaître le profile de ses sympathisants, les sujets qui les attiraient dans le discours de leur champion. Et puis je ne cache pas que je voulais saisir chaque occasion pour interpeller comme le veut un débat public.

J’ai ainsi cherché la meilleure place et je me suis retrouvé pile poile devant le pupitre au niveau de la troisième rangée. Pas 5 min ne se sont écoulées avant que le chef de la sécurité en personne vienne me déloger en demandant à le suivre. Je lui en demande la raison et il me répond juste « vous ne devez pas être là ». Étonné je me dis que la place était peut-être réservée et je le suis. À peine dans le hall il demande à son équipe de me fouiller une deuxième fois. Là clairement je sens l’injustice et retiens mes nerfs. Je demande des explications et le chef de la sécurité me répond « vous avez un comportement suspect ». Je demande sur quoi il établit ce jugement pour le pousser un peu plus dans le côté absurde de la scène mais il se contente de dire à ses pitbulls « s’il continue vous le sortez ».

Je suis à ce moment interdit d’entrer dans la salle principale et dirigé vers les gradins. Pendant deux minutes je reste interloqué. Je cherche des yeux depuis les gradins le chef de sécurité et reste debout à le fixer pour signifier que je ne vais pas lâcher l’affaire. Il le remarque et envoie illico une équipe pour me faire sortir du meeting. Voulant me jeter dehors comme un malpropre je vois rouge. Je regarde les différents vigiles en leur demandant s’ils pensent travailler dans l’aéroport de JFK, ou si le problème ne venait pas du fait que je n’avais pas mis de gèle sur mes cheveux ou plutôt que je n’avais pas rasé ma barbe de trois semaines ?

Un des vigiles une fois dehors fini par me dire qu’ils ont reçu pas mal de menaces pour cet événement et qu’ils n’avaient pas le droit à l’erreur. Donc de par ma dégaine que l’on a jugé comme militante, ma sale gueule de métèque sans doute ou d’une odeur supposée de trouble-fête, je corresponds à ce que peut être une menace pour l’équipe de Macron.

Je me réjouis au fond de cet épisode, il vient montrer combien le système est plus que jamais dans une phase de recodage de son discours et cherche de nouveaux habits pour faire croire aux vertus des inégalités, le système et l’anti système sont un vieux couple qui dînera toujours à la même table. #MacronLille »[1]

(*) Mon ami Raouf est âgé de 37 ans. Éducateur spécialisé, il est diplômé d’un Master professionnel : « Stratégie du développement social » de l’Université de Lille. Un homme très cultivé, amoureux des lettres et des arts. Un ami intime, sincère, fidèle et authentique comme on aimerait avoir.

 Alexandre-Benalla1

Note :


[1] Ce témoignage est accessible sur la page Facebook de mon ami Raouf. A lire ici : https://m.facebook.com/raouf.djebel/posts/10155038801179708

Alexandre-Benalla2


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus