Collège-Lycée Averroès de l’UOIF : des intimidations ?

30 03 2015

La mise en ligne, le 19 mars 2015, de mon témoignage citoyen d’intérêt public intitulé : « Collège-Lycée Averroès de l’UOIF : L’arbre qui cache le désert ! » (à lire ici) semble avoir secoué quelques branches. Je précise, d’entrée de jeu, que je ne souffre, normalement, d’aucune pathologie chronique connue et d’aucune psychose, qui serait passagère, altérant mes facultés de jugement. Mon ami, avec qui j’ai pris un bon café, hier après-midi au centre ville de Lille, n’a rien remarqué, ma femme non plus. Mais, le doute reste permis et la vigilance demeure nécessaire. Il me semble, que de toute façon, tout un chacun serait, de facto, « parano » aux yeux d’un autre. 

Cependant, deux faits réels, matériels et circonstanciés me confirment que, vraiment, je demeure – Dieu soit loué – sain d’esprit et qu’il ne s’agit guère d’un délire caractérisée ou d’une frénésie, à peine voilée, mais plutôt d’une réelle volonté d’intimidation, d’une double intimidation !

En effet, hier soir, cinq minutes seulement avant le coup d’envoi du match de l’équipe de France contre le Danemark – le pays d’origine du dessinateur Kurt Westergaard qui, en 2005, avait caricaturé le Prophète Mohammad – une enseignante au « Collège-Lycée Averroès », qui avait participé sur sa page Facebook public au lynchage « numérique » de Soufiane Zitouni, m’a envoyé deux courriels successifs, expliquant qu’elle demeure blessée par le propos de mon livre et qu’elle a décidé de porter plainte contre moi pour diffamation : une première intimidation !

Mon propos concernant sa participation effective à cette entreprise de lynchage et de déstabilisation est à (re)lire dans mon livre-témoignage : de la page 21 à la page 24. Le lecteur, et le juge le cas échéant, en apprécieront le caractère diffamatoire, ou pas. Son courriel se termine par, je cite :

« … Par honnêteté, je  vous préviens que je vais prendre contact avec un avocat afin de déposer une plainte contre vous pour diffamation et atteinte à mon nom de famille que vous avez galvaudé. De même, je prends contact demain avec le rectorat pour savoir si vous pouvez impunément remettre en cause nos qualités pédagogiques alors que l’inspection a prouvé le contraire («professeurs endoctrinés »). Certes, je n’ai pas le réseau de Mr Zitouni mais je vais me défendre : question d’honneur et de dignité. »

11

Par respect pour sa démarche, visiblement honnête, digne et non-télécommandée, j’ai répandu en ces termes :

« Bonsoir Madame …, 

J’ai bien reçu votre courriel et je vous en remercie.

Dans mon propos, vous concernant,  je ne vous ai, en aucun cas, manqué de respect ou insulté ou diffamé votre nom de famille. Cela est contraire à mon éthique, musulmane entre autres,  et à mes principes.  Je me suis juste appuyé sur vos écrits publiques pour argumenter un regrettable constat de lynchage d’un seul homme.

Par ailleurs,  je n’ai jamais essentialisé ou considéré le corps enseignant, au sein du collège-lycée Averroès, comme étant [constitué uniquement] d’agents d’endoctrinement idéologique islamiste. Vous êtes certes nombreux dans cet établissement à être des professeurs compétents et ouverts d’esprits. Mon propos ne vous concerne pas.  A vous de prouver le contraire.

Je respecte votre combat pour préserver les élèves contre toute instrumentalisation idéologique islamiste. Cela vous honore sans doute !

 Si vous jugez désormais mon propos diffamatoire à votre égard,  sachez, Madame la professeur, que :

1- mes deux blogs vous seront réservés pour publier votre critique et votre droit de réponse ;

2- je suis à votre disposition pour en discuter, calmement, autour d’un café ou d’un thé ;

3- si toutefois vous n’êtes pas « pour » un débat citoyen et contradictoire,  rien, strictement rien, ne vous empêche de porter plainte contre moi. Il est de votre droit de défendre votre honneur si vous vous estimez victime d’une quelconque diffamation. Vous avez parfaitement raison de solliciter le concours d’un tribunal pour dire la loi. Ce que Zitouni n’a pas fait d’ailleurs quant à votre propos à son égard !

Pour information,  mon témoignage citoyen d’intérêt public a été reçu par le Premier Ministre,  par la Ministre de l’Education nationale,  par la Ministre de la Justice, par le Recteur de l’Académie de Lille et par une vingtaine de médias français, depuis le 17/03/2015.

Enfin, il ne s’agit en aucun cas d’insulter ou de diffamer qui que ce soit. Je refuse, au nom de mon humanisme sans frontières que des enfants puissent être endoctrinés par une organisation islamiste que je connais depuis mes 13 ans.

Je refuse que l’argent public puisse servir à financer cette islamisation précoce de l’innocence.  J’ai cru comprendre que vous partagiez cette conviction avec moi. Je m’en réjouis.

Au plaisir de vous lire ou de vous rencontrer, de préférence autour d’un verre. Sinon devant un juge. J’attends !

Mes amitiés les plus sincères !

Mohamed Louizi. » 

Depuis, je n’ai reçu aucune réponse de sa part. J’attends donc, sereinement, la convocation du juge.

J’ai réussi tout de même a savouré les deux buts de la sélection française. Celui d’Alexandre Lacazette à la 14ème minute et celui d’Olivier Giraud à la 38ème. J’aurais aimé que les bleus rajoutent un troisième, voire un quatrième but, pour sortir, statistiquement, gagnants de ces deux derniers matchs amicaux. La providence footballistique a décidé autre chose. Je m’incline.

Après ce match, j’ai suivi les analyses politiques, sur France 3, des résultats du deuxième tour des élections départementales. Le bloc de gauche divisé s’est vu sanctionné lourdement. L’enjeu national a pris le dessus sur l’enjeu local. Cela étant regrettable,  néanmoins le changement, tout changement porté par des forces républicaines, est toujours porteur d’espoir. Le bloc de droite et du centre enregistre une victoire retentissante qui rappela, relativement, celle de Chirac en 2002 avec le report des voies venant de la gauche et faisant barrage aux candidats frontistes. La gauche peut s’en féliciter. L’absence d’un « ni-ni » socialiste a permis à l’alliance UMP-UDI-MODEM de se trouver porter par une vague bleue de contestation.

La présence d’un malencontreux « ni-ni » sarkozyste a, tout de même, permis, hélas, au Front National de gagner quelques sièges mais, sans pour autant, qu’il ne réussit, heureusement, à repousser les limites de sa dimension réelle. Avec zéro département à gérer, tout républicain, de gauche comme de droite, peut s’en réjouir. Cependant, le combat laïque et démocratique contre l’extrémisme, de quelques provenances que ce soient, doit se poursuivre et s’intensifier davantage.       

Plongé dans mes pensées, vers 23h10, j’ai reçu un étrange message privé sur mon compte Facebook. Ce message m’a été adressé par une personne qui ne figure pas dans ma liste d’amis. Je ne la connaissais pas et je n’ai jamais eu avec elle aucune conversation ou échange. Son message comporta uniquement un lien vers une étrange vidéo sur Youtube d’un « boxeur » lillois professionnel, montrant ce dernier en pleine exercice de sa profession et de son métier sur un ring : « Boxer » l’adversaire avec violence !

Avant d’en tirer une quelconque conclusion hâtive, j’ai posé une simple question à cet émetteur lillois pour savoir la raison et la signification de cet envoi. Il a simplement répondu qu’il ne me connaît pas, non plus, et qu’il s’agirait d’un envoi à tous les membres d’un groupe d’amis, pour que ces derniers apprécient les performances de son frère, ce « boxeur » professionnel : une deuxième intimidation ?

En effet, je me suis rendu compte, à ce moment là, que mon nom apparaît, et à ma grande surprise, parmi les noms d’un étrange groupe sur Facebook qui m’est totalement inconnu. Ce groupe est actif depuis 2011. Je n’ai jamais exprimé volontairement mon adhésion à ce groupe et à aucun moment. Quelqu’un, pour une raison  que j’ignore, a-t-il identifié mon nom en son sein, et à mon insu ? Comment se fait-il que le groupe existe depuis 2011 et que je ne suis le destinataire que de ce message privé en particulier ? Qui ? Comment ? Pourquoi ?  

Ce qui m’a le plus interpellé, c’est que ce groupe, composé d’une cinquantaine de personnes, contient au moins une dizaine de noms qui me sont très familiers. Il s’agit de membres actifs de certaines associations musulmanes gravitant autour des mosquées UOIF de la métropole lilloise, d’anciens élèves du « Collège-Lycée Averroès », de certains jeunes du quartier de Lille-Sud et même d’un professeur dans cet établissement, qui est aussi enseignant au sein de « L’Institut Al-Qods », attaché au « Centre Islamique de Villeneuve d’Ascq » et à la « Mosquée de Lille-Sud » dirigée par Amar Lasfar, le président national de l’UOIF !

Je ne dis pas que ce « message privé » serait en lien avec mes récentes publications et révélations. S’agit-il, peut-être, d’une simple coïncidence ? Peut-être. Je ne dis pas que le « Collège-Lycée Averroès », la « Mosquée de Lille-Sud », « la Ligue Islamique du Nord », « Le Centre Islamique de Villeneuve d’Ascq » et « L’institut Al-Qods » seraient responsables, d’une manière ou d’une autre, de l’envoi de ce message un peu particulier. Je ne peux, par ailleurs, et au vue de mes antécédents avec l’UOIF, ni confirmer ni infirmer quoi que ce soit. Seule une probable enquête judiciaire pourrait tirer le vrai du faux et, éventuellement, identifier les présumés commanditaires et les hypothétiques exécutants.

Néanmoins, je suis parfaitement en droit d’interroger ces deux faits réels – dont témoignent par ailleurs des enregistrements et des captures d’écrans horodatées et protégées aux cas où  – quant à leur signification dans un contexte sous haute tension. J’ai décidé d’en parler dans ce présent témoignage et en toute conscience. Car dans de pareilles circonstances troubles, les seules arme non-violentes demeurent la transparence totale, la conscience pacifique de tout un chacun et l’attachement non négociable à l’État de droit.

En résumé, hier soir, un peu avant 21h, une professeure du « Collège-Lycée Averroès » m’envoie un courriel de menace de poursuite judiciaire pour diffamation. Seulement, deux heures plus tard, je reçois un message privé de la vidéo d’un « boxeur » professionnel, issu de Lille-Sud, dont le frère fait parti d’un groupe très proche du « Collège-Lycée Averroès » et très actifs, par ailleurs, au sein des vases-communicants de l’UOIF locale. Mon étonnement est légitime et mes interrogations aussi. Devrais-je, désormais, faire attention derrière moi lorsque je me balade, comme à mon habitude, dans le centre ville de Lille ? N’avait-on pas prévenu Soufiane Zitouni de faire attention à son tour ?  

10

A tous ceux-là, je rappelle simplement que la violence des muscles n’a jamais eu raison des lumières de l’intelligence ; qu’un éphémère torse bombé n’a jamais impressionné un libre cortex cérébral qui s’assume ; que l’intimidation islamiste n’a jamais réussi à faire taire le courage intellectuel et les aspirations pacifiques d’un humanisme sans frontières ; que la République, ses Institutions et sa Loi sont les seules garantes de la liberté de conscience, de la liberté d’expression contre les censures ; contre les violences et contre les inquisiteurs.

« Si tu portes ta main sur moi pour tuer, je n’en ferai pas de même ! » (Coran).

Que le combat pour le salut de la France et de l’Humanité continue !


Actions

Informations



Laisser un commentaire




Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus